François Hollande et le Pape

Avec François Hollande, il faut s’attendre à tout, mais surtout au pire. S’il considère les femmes avec un certain mépris, se montrant sans pitié, sans humanité, sans respect, sans considération, et d’une grande lâcheté, s’il affiche un programme social-démocrate, s’il maîtrise toutes les émotions, il devient grossier, vulgaire,  dès qu’il parle du Pape, qu’il verra en tant que chef d’Etat, pas autre chose. Evidemment, on pouvait s’en douter. Il ne va pas voir le Pape pour être absous de ses fautes ou lui demander conseil sur la conduite à tenir avec les femmes.

A propos du tweet mortel de Valérie Trierweiler concernant Ségolène Royal, François Hollande n’avait pas pris la défense de cette dernière qui lui a pourtant beaucoup apporté. Lui, rien, même pas un maroquin, Valérie Trierweiler lui ayant signifié son extrême jalousie, la pauvre Ségolène a dû se taire et elle attend toujours. Dans l’affaire Closer, François Hollande a déclaré lors de sa 3ème conférence de presse qu’il ne partirait pas en guerre contre ce journal, mais… surprise,  il va laisser Julie Gayet le faire. Quel lâche ! Valérie Trierweiler « se repose » donc suite au choc reçu par l’annonce interplanétaire de son infortune avec la nouvelle liaison de son compagnon (enfin « ex » ou pas encore) et nous ne connaîtrons la suite de cette aventure qu’avant son départ le 11 février  pour une rencontre avec Barack Obama. Si cette femme n’attire aucune sympathie, il faut pourtant reconnaître que cette infortune conjugale et certainement le retrait de sa fonction de Première Dame (c’est elle qui le déclarait) et de tous ses privilèges,  méritaient un peu de discrétion.

Il avait été annoncé par le site officiel de l’Académie de France à Rome que Julie Gayet devenait membre du prestigieux jury de la villa Médicis. Etant donné les éclats de vérité apparus trop tôt la concernant, François Hollande a décidé – par l’intermédiaire d’Aurélie Filippetti – de ne pas la faire nommer, pour éviter qu’on n’en fasse des gorges chaudes. Et qu’on imagine qu’elle est soutenue par le Président de la République ! Mais non, mais non !

En conclusion à cette conférence de presse, si "les affaires privées se traitent en privé", si son "pacte de responsabilité" et ses engagements pour l’entreprise, la jeunesse sont supposés transformer la vie des Français, la société française, le MEDEF, les partenaires sociaux et tous les autres, il ne faut tout de même pas qu’il croie que nous n’avons pas compris que tout est dans l’emballage et qu’à l’intérieur des boîtes, pour l’instant, il n’y a que du vide et qu’il faudra du temps, beaucoup de temps pour – peut-être – voir un jour de vrais changements. C’est vrai qu’il ne parle plus de boîte à outils, et son discours très professionnel, très étudié, ne convaincra que lorsque nous verrons et toucherons du doigt les concrétisations ! Le ton glacé de son discours ne nous laisse aucune illusion.

La vraie personnalité de François Hollande se découvre lorsqu’il parle du Pape. Alors là, on est devant le vrai Président de la République : absence totale de savoir-vivre, d’éducation, de respect pour la fonction papale. Il ose parler du Pape François comme d’un « pape  utile » pour divers sujets, dont la Syrie. Personne ne lui a peut-être dit que ce Pape a été désigné comme la Personnalité de l’année par le Times et qu’il mérite donc un autre qualificatif « qu’utile ». Mais ce que je trouve aussi très grave : l’accent a été mis fortement sur la défense des lieux de cultes musulmans et juifs, mais sur les églises, juste une toute petite parenthèse. Cet homme est dangereux pour son absence totale de considération des autres et enfin pour les catholiques. Vincent Peillon n’a-t-il dit que « la religion catholique doit disparaître » et que  « l'on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique, ainsi que le protestantisme que l'on ne sait pas acclimater ». Ne baissons pas la garde !

Solange Strimon

Commentaires  

#8 Pellier Dominique 20-01-2014 10:36
Que veut chercher Hollande à Rome ? Ne ferait-il pas mieux de s'occuper de ses compatriotes au chômage, sans logement, sans sécurité, sans pouvoir d'achat, plutôt que de s'amuser à renier la religion catholique ou tout spiritualité. Au lieu m^me d'effacer la France en elle-m^me. Ses histoire privées, quoique consternantes ne nourrissent pas les Français.
Citer
#7 AudeLys 19-01-2014 18:03
Cher Monsieur Libre Penseur :
Solange m'ayant pris de court pour vous répondre, je ne rajouterai rien sur la franc-maçonneri e. Tout y est.
Par contre, si vous me le permettez, je vous reprendrais par votre conclusion : "Je ne suis ni ... ni... ni...". Je peux donc imaginer sans trop me tromper que vous êtes athée et donc qu'il y a de grandes chances que vous soyez de gauche (généralement ça marche ensemble, les sondages le disent). Mais tout cela ne serait pas important si ce n'était ce que les "grands" athées de l'histoire ont accompli de leur vivant pour leur peuple : Lénine, Strosky, Mao, Polpot, Hitler ... Tous des athées. Prudence donc avec l'athéisme.
Pour ce qui est de l'histoire plus récente, disons sur les 40 dernières années, les gouvernements qui se sont succédés n'ont eu de cesse que de déchristianiser la France (haro sur les cathos); de défranciser la France (diversités, multiculturalis me, communautarisme , repentance, désidentificati on ....) ; de défamiliariser la France (favorisation du divorce, de l'avortement, promotion de de la monoparentalité mais aussi mariage homo et bientôt PMA et GPA) ; désexualisation de l'enfant par l'enseignement de la théorie du gender dès les plus petites classes ... M. Peillon n'a-t-il pas dit qu'il fallait "arracher l'enfant aux déterminismes familiaux, etc etc ". C'est la morale laïque que vous évoquez. Autrement dit il n'y a qu'une religion, "la laïcité, républicaine et citoyenne". Non Monsieur, la République est dangereuse. Et ce n'est pas la république qui a fait la grandeur de la France. La république est née dans un bain de sang, dans un carnage, une boucherie (génocide vendéen) entre français s'entre-tuant au seul motif que les uns avaient peu et les autres avaient l'argent et le pouvoir. Parce que ce n'est pas le cas aujourd'hui ? Mais pour qui se prennent nos présidents, ministres, sénateurs, députés et autres chefaillons locaux. Chiche ! On remet la guillotine en route, on refait la révolution mais à l'envers cette fois.
Non Monsieur. Depuis 40 ans nous sommes gouvernés par des gens qui ont renié le sacrifice de leur parents, en crachant dans la soupe du capitalisme dont ils se sont bien nourris, tout en nous expliquant qu'il était interdit d'interdire et qui maitenant s'en vont en laissant l'ardoise à leurs enfants.
La Ripoublique : Non Merci !
Pensez-y un peu. Vous verrez. Vous ferez un jour totalement partie des notres. Bien cordialement et Vive Louis XX !
Citer
#6 Solange Strimon 19-01-2014 11:56
Réponse au libre penseur :
Je tiens tout d'abord à vous remercier pour votre analyse brillante et percutante. Journaliste professionnelle depuis 40 ans, je ne m'autorise JAMAIS aucune affirmation sans en avoir les preuves. Ce sont les "fils de la lumière", les francs-maçons qui sont à l'origine de la Révolution française et de tous ces débordements. Ils n'avaient qu'un objectif : tuer le clergé, en commençant par le Roi, sous le fallacieux prétexte de l'humanisme. Ils n'y sont pas parvenus et c'est pourquoi Vincent PEILLON recommence, se sentant investi de ce pouvoir de destruction. Lire son dernier livre est assez édifiant : "La révolution française n'est pas terminée". Je vous invite donc à vérifier par Google : "Vincent Peillon entend à la fois réhabiliter leur pensée, socialiste mais réformiste et humaniste, et leur rôle dans la consolidation de la République. Leur oubli par la gauche française serait surtout dû, selon Vincent Peillon, aux conditions de l'unification des socialistes au début du siècle dernier. Bien qu'il soit lui-même très largement héritier de cette tradition politique, Jean Jaurès aurait accepté de la sacrifier au profit du marxisme triomphant... pour permettre le regroupement des différentes chapelles socialistes en 1905, etc..." . En fait pour ce philosophe, si vous n'êtes pas juif ou musulman, vous devez disparaître. Il existe également de très nombreux ouvrages sur la franc-maçonneri e, divisée en trois clans : le GRAND ORIENT, le plus laic et le plus méchant, la Grande Loge de France, chrétienne et moins sectaire et enfin le Droit Humain. Presque tous les membres de notre gouvernement le sont. Je vous invite à le vérifier sur GOOGLE toujours. En écoutant cette vidéo, vous aurez certainement une autre approche de Vincent PEILLON. Passez un bon dimanche !

www.youtube.com/watch?v=RjN3XCjZYNQ
Citer
#5 libre penseur 19-01-2014 01:12
Il est temps de réfléchir en républicain et avec DIGNITE. Un média royaliste n'en éprouve sûrement pas le besoin, à mon humble avis, et pour cause...
Sachez que l'essence même de la laïcité est de laisser les religieux pratiquer à leur guise, mais SANS toutefois influencer autrui par une pratique abusive et débordante (en dehors de leur milieu) de leur propre religion. D'où l'interdiction de TOUT SIGNE OSTENTATOIRE ET POUR TOUS.
Que Mr Peillon dise qu'il faut mettre au tapis le catholicisme, comme vous l'affirmez, me semble totalement hallucinant. Il faut vérifier cela de source sûre.
Traduit-il que la présence de la religion catholique à l'école est tout aussi contraire au principe de LAÏCITE que celle des autres religions, juifs ou musulmans ou autres? Car en ministre de l'éducation NATIONALE, il doit faire respecter le principe de laïcité.
Revenons sur ces principes fondamentaux. La loi Ferry datant de la fin du XIX è siècle, (il faut la relire si on ne s'en rappelle plus) est la base même de tout cela: elle fixe les principes d'une école de la République, obligatoire, gratuite et LAÏQUE POUR TOUS LES ENFANTS DE LA REPUBLIQUE. Enfin on en était arrivé, avec Jules Ferry, à la séparation de l'église et de l'état, à la faveur d'une éducation nationale, donc d'une école pour TOUS.
C'est cela qu'un VRAI démocrate républicain doit défendre. Si Mr Peillon s'exprime dans ce sens, on ne peut que le comprendre. Et il doit le réaffirmer de la même façon qu'il doit faire respecter la charte de la laïcité, aujourd'hui affichée dans toutes les écoles de France, par TOUTES les communautés religieuses (allez donc lire cette charte, vous serez éclairés).
Ainsi une élève voilée ne franchira pas la porte de l'école ou un enfant juif ôtera son calot, c'est une question de respect des autres, et un catholique n'affichera pas sa grosse croix de bois, même s'il aime la porter.
C'est aussi pour ça que les lieux de culte existent. Pour que les prières s'y déroulent en toute sérénité pour les pratiquants, à l'écart des autres qu'on n'a pas le droit d'influencer ou de gêner. Mieux vaut prier à l'intérieur d'une mosquée par exemple qu'au milieu d'une rue dont on paralyse la circulation, me semble-t-il (c'est arrivé et ça arrive...)
En revanche, si Mr Peillon dit ce que votre article semble traduire, c'est à dire exprime un désir de “mettre les catholiques au tapis“, il faut le faire revenir à la raison et on ne le laissera pas faire. Là aussi question de respect que nous impose la laïcité.
De tels propos sont donc, dans un premier temps, à vérifier très sérieusement, d'où vient cette information sidérante?
Mais quant à dénoncer les propos du ministre et à contrebalancer tout cela en venant dire qu'il est petit fils de rabbin et franc maçon, c'est vraiment ignoble. C'est se comporter vis à vis de lui avec la même intolérance que celle qu'on lui reproche.
Et ce n'est pas non plus sans rappeler l'ignominieuse extermination de ces deux communautés il y a environ 70 ans, devoir de mémoire oblige.
Car en effet, il fut un temps pas si reculé que cela où juifs et francs maçons “partaient au four“. Les communautés de bien pensants diront que ce n'était qu'un petit détail, voire que c'est faux ou encore qu'on n'en a pas encore assez exterminé...
Donc tout ceci est, de mon point de vue, lamentable parce que ce n'est pas la préoccupation de faire respecter les lois d'un état républicain laïque et qui se veut juste qui guide votre croisade, c'est juste la HAINE de l'autre, de tout ce qui n'est pas chrétien. ET ça, de nos jours ce n'est pas très beau...
Si l'on veut éviter le débordement incontrôlé d'une religion trop extrémiste c'est par un front républicain qu'il faut s'y atteler et dans un sursaut de la part de français unis. Et ce n'est sûrement pas en stigmatisant tout membre de minorités et qui n'appartient donc pas à la communauté chrétienne.
Sinon, non seulement on n'arrêtera pas la progression des idées de ces extrémistes, mais on replongera dans la barbarie totale et pire même. Car aujourd'hui les exterminateurs des juifs ce sont les catholiques extrêmistes (il y en a aussi) ET également les musulmans puisque les deux peuples sont frères ennemis.
Ce sera donc un carnage et ce ne sera pas faute d'avoir tiré la sonnette d'alarme car ce qui se passe aujourd'hui est GRAVISSIME.
Nous aurons donc deux fléaux à combattre et ce sera trop tard.
Je ne suis ni catholique, ni musulman, ni juif, ni franc maçon, ni baptiste, ni évangéliste, ni protestant , ni, ni ,ni...
Citer
#4 Stanislas Desrues 18-01-2014 17:08
Il est pour le moins surprenant qu'aucun média catholique ou religieux n'ait relevé cette phrase de Vincent PEILLON.Il pense peut-être qu'il a su
"amadouer" l'Islam en France dont il ne parle pas, avec la construction de près de 3.000 mosquées, qui peu à peu envahissent le paysage français, qui perd ses chapelles et ses églises vandalisées.Par ailleurs, PEILLON se garde bien d'émettre un avis de sa religion : le Judaïsme. Son grand-père maternel était le fils ainé du rabbin Félix BLUM (1847-1925. Il faut bien suivre ce Vincent PEILLON dans ses délires anti-chrétiens.
Citer
#3 Pascal Cambon 18-01-2014 14:00
Je recommande la lecture de "Jusqu'ici tout va mal", livre de Cécile Amar qui a passé 10 ans "dans le sillage" de François Hollande. Le portrait est sans appel, surtout lorsqu'on se penche sur les qualificatifs employés par ceux qui lui sont proches. Ainsi, son fils le définit comme "insaisissable" , Valérie Trierweiler confie "François n'a pas d'affect". L'exercice du pouvoir, selon les avis de divers proches l'aurait rendu brutal et odieux, solitaire, ne faisant confiance à personne, fuyant la détresse des Français lors de ses déplacements.

Je suis on ne peut plus étonné qu'aucun observateur de la vie politique n'ait relevé que ce sont là les traits de ce que les psychiatres nomment sociopathie.
Citer
#2 AudeLys 17-01-2014 12:46
Hoooooo oui que cet homme est dangereux ! Malgrè ses obligations politiques et diplomatiques j'ose espérer que le Papa François lui "remontera les bretelles" en lui rappelant tout ce qu'il a fait de mauvais, et contre son peuple, depuis qu'il a été élu.
Ceci dit, et compte tenu de tout ce qui se passe en France en ce moment, je souhaite que notre Pape intervienne publiquement dans la politique française. Certes par des déclarations, mais il faut qu'il réveille les chrétiens français et surtout les catholiques.
Citer
#1 ramoin nicole 17-01-2014 10:58
Nostalgie des années 60 . La France et ses représentant jouissaient d'un prestige envié par le monde entier . Depuis des décennies , Présidents , ministres et autres politiques font couler notre si beau pays vers un mode de bassesses, d'inculture , et de vulgarité .......quelle déchéance .....
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan