« Le deuxième effet Kiss Cool »

Le 14 mars dernier, un certain monsieur Kemlin, résident suisse depuis 16 ans, a déposé une plainte au tribunal correctionnel de Saint-Etienne contre la première Dame de France pour «détournement de fonds public».

Cet arrière-petit-fils de Geoffroy-Guichard, fondateur de l'enseigne Casino, connu pour ses actions de défenses des petits actionnaires, reproche à la compagne de François Hollande de profiter de son nouveau statut. Payant aussi des impôts en France, il détaille ses griefs : « Je trouve scandaleux que nos impôts servent à loger, nourrir, entretenir, payer le personnel et les déplacements d'une dame avec qui nous (le peuple français) n'avons aucun lien juridique. »

Bien évidemment, à la suite de cette plainte, la presse s’était à la fois faite relativement discrète, et, pour les quelques articles qui en parlaient, relatait l’affaire sur un ton goguenard ou mi-interrogatif, mi-amusé tant l’incongruité de la plainte semblait évident.

Mais toujours est-il que la plainte est bien enregistrée et qu’il faudra bien qu’elle soit instruite. Et c’est là que le droit s’en mêle…

L’attaque est la suivante : Si Valérie Trierweiler n’est ni pacsée, ni mariée à Hollande, qu’elle n’est pas non plus élue ni chargée d’une mission officielle, peut-elle :

  • Bénéficier, par exemple, d’une équipe permanente de six « experts » autour d’elle à l’Élysée chargés de sa « communication » payée par le contribuable ?
  • Peut-on considérer de fait qu’elle participe à des détournements de fonds publics à des fins personnelles ?

Nous avons là un cas de « concubinage notoire ». Ce concubinage notoire est sensé être antérieur à l’élection de notre cher et vénéré président (avec un petit « p », quand même, faut pas exagérer !)

En conséquence de quoi « la Valérie » peut être considérée comme la première dame de France. La pilule est dure à avaler, mais c’est comme ça dans notre beau pays « progressiste » ! La plainte de Monsieur Kemlin n’est donc pas a priori recevable.

Vous êtes déçus ? Attendez ! Voici le dommage collatéral, le « deuxième effet Kiss Cool », tout à fait croustillant en cette période de grande transparence printanière :

Même en l’absence de conclusion d’un Pacs entre eux, les concubins qui vivent ensemble au 1er janvier 2010 doivent déposer une déclaration d’ISF si leur patrimoine global atteint le seuil de 1 300 000 euros. Le fisc a précisé cette notion de concubinage notoire pour la déclaration d’ISF. Il s’agit d’une « union de fait caractérisée par une vie commune présentant un caractère de stabilité et de continuité, entre deux personnes de sexe différent ou de même sexe, qui vivent en couple (instruction du 28 août 2001, BOI 7 S-3-01). »

Une source incontestable : le site des impôts lui-même 

François et Valérie auraient donc dû déclarer un patrimoine commun qui aurait largement dépassé la somme de 1.17 M€ déclarée, Valérie n’étant pas ce qu’on peut appeler de la classe populaire. Et une déclaration de patrimoine fausse, même par inadvertance, lors d’une élection présidentielle, c’est très certainement condamnable. Jusqu’à l’annulation de la présidentielle et l’inéligibilité de François ?

Arnaud de Lamberticourt

Commentaires  

#1 SOLANGE STRIMON 20-04-2013 17:27
"Dès la prise de pouvoir par François Hollande, de nombreuses voix se sont élevées contre la présence sous les ors de la République d'une simple girl friend. Cette dernière avait affiché un réel mépris pour les premières dames de France qui l'avaient précédée (moquant en particulier Carla Bruni-Sarkozy et Bernadette Chirac), une arrogance sans précédent (faisant et défaisant à sa guise les courtisans tel Julien Dray expulsé sans ménagement du QG de campagne de François Hollande), des caprices de diva imposant sa censure, exigeant départs ou sanctions pour ceux qui lui déplaisent comme Eric Zemmour ou l'humoriste Laurent Gerra...QUI PEUT DIRE AUJOURD'HUI de quelles actions humanitaires, cette usurpatrice s'occupe ?

Valérie Trierweiler est une femme entretenue, une cocotte comme on pourrait le dire au siècle dernier. Outre tous ses privilèges acquis, elle a recruté dès le 20 mai 2012, une équipe permanente de six "experts" grâcieusement offerte et grassement payée par le contribuable. Ce personnel est chargé de sa "correspondance ", des interviews... bref de sa communication. Cela n'a pas empêché ses crises de jalousie vaudevillesques ...Il faut bien reconnaitre que pour avoir autant de pouvoir, elle doit en détenir sur l'homme.

Notre Code Pénal justifie la démarche de Xavier Kemlin
Même dans l' "Etat PS", le Code Pénal fait encore loi et semble pointer l'irresponsabil ité chronique du chef de l'Etat :
Article 432-15 : "Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, un comptable public, un dépositaire public ou l'un de ses subordonnés, de détruire, détourner ou soustraire un acte ou un titre, ou des fonds publics ou privés, [...] est puni de dix ans d'emprisonnemen t et de 150.000 euros d'amende... La tentative de délit, prévu à l'alinéa qui précède, est punie des mêmes peines."
Article 432-16 : "Lorsque la destruction, le détournement ou la soustraction par un tiers des biens visés à l'article 432-15 résulte de la négligence d'une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, d'un comptable public ou d'un dépositaire public, celle-ci est punie d'un an d'emprisonnemen t et de 15000 euros d'amende."

Contrairement aux apparences, Valérie Trierweiler n'est dépositaire d'aucune autorité publique, pas plus qu'elle n'est chargée d'une mission de service public. De plus, elle a embauché Patrice Biancone, ami intime du couple. François Hollande aurait-il trempé dans la combine ?
Un mariage tardif n'étant pas l'absolution, l'échappatoire existe : reconnaître le "concubinage notoire" ! Quoiqu'il arrive, François et Valérie sont dans l'illégalité" et constituent une véritable insulte à tous les couples mariés et à la Réoublique. Cette situation ne pourra durer encore trop longtemps. Trop, c'est trop ...La plainte de M. KEMLIN devrait ouvrir des portes !.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement