Joyeux Noël et choisissez votre destination pour passer Noël 1/2

Noël en famille, c’est la tradition, certainement le plus beau moment de l’année, celui pour lequel on garde (en principe) les plus extraordinaires souvenirs pour les années à venir. Le sapin de Noël brille de tous ses feux, les enfants regardent scintiller les lumières, étudient (déjà) la composition de la crèche et attendent avec une grande sagesse l’Enfant Roi qui apportera aux hommes la paix dans le monde, dans le cœur, dans les esprits. Des cadeaux vont être déposés par le Père Noël dès minuit et ce sera une fois encore l’émerveillement, la fête.

J’ai eu la chance enfant d’avoir un papa qui réussissait des merveilles avec trois fois rien. Il avait des doigts magiques et confectionnait lui-même la crèche et tous ses sujets, avec du carton, de la peinture à l’eau,  sauf le Christ qui était acheté tous les ans dans une très belle boutique de la ville. Il fallait que ce sujet soit celui que l’on voyait en premier et que l’on admirait longtemps en priant. Douce époque que n’avait pas encore contaminé la société de consommation et où tout ce qui n’était pas habituel devenait source d’émerveillement.

Pour qui n’a pas de famille, n’a pas envie de rester chez lui pour mille et une raisons, il est possible de découvrir dans d’autres pays matière à rêver ou d’offrir du temps à des associations quand on a l’envie et la santé pour pouvoir le faire. Voyons donc comment se passe cette merveilleuse fête ici et dans quelques autres pays !

En France (Joyeux Noël) : Plusieurs jours avant Noël, les villes et les villages de France prennent un air de fête. On décore la façade des mairies. On dresse un immense sapin sur les grandes places. Les rues principales et les arbres sont recouverts de guirlandes lumineuses. Les grands magasins font de très belles vitrines ou certains mettent en scène des automates. Les enfants se font photographier en compagnie du Père Noël. Les écoles maternelles décorent leurs classes. Le 24 au soir les familles font un dîner de réveillon composé de mets savoureux tels que des huîtres et du foie gras.
Les plus pratiquants vont ensuite en famille à la messe de minuit. Le Père Noël vient du ciel en traîneau pour déposer les cadeaux pendant la nuit et les enfants les découvrent le matin de Noël au pied du sapin. Le jour de Noël, ils se rassemblent en famille autour de la table de Noël. Le repas de Noël est souvent composé d'une dinde ou d'un chapon rôti et se termine par une bûche glacée. En Provence, dans certaines églises du bord de la mer, à la fin de la messe de minuit, une procession de pêcheurs et de poissonniers déposent au pied de l'hôtel un panier rempli de poissons, en signe d'affection et de reconnaissance envers le petit Jésus. La tradition veut que le repas du réveillon se termine par treize desserts qui symbolisent le Christ et les douze apôtres. Ces desserts rassemblent tous les fruits et les confiseries de la région. Cela se passe ainsi, sauf peut-être dans quelques villes où la dictature socialiste a imposé des règles inacceptables.

En Allemagne (Fröhliche Weihnachten) : Ce sont les allemands qui ont inventé la tradition du sapin de Noël, il y a 400 ans. Dans le nord du pays, c'est St-Nicolas qui apporte les cadeaux le 6 décembre. Il descend du ciel dans une luge. Mais dans le sud, c'est le Père Noël qui récompense les enfants qui ont été sages pendant l'année. Les gâteaux sont différents selon les provinces, mais on retrouve partout le massepain. L'un des plus célèbres gâteaux de Noël s'appelle La maison de la sorcière, elle est en pâte d'amande ou en génoise ; on recouvre le toit de fruits confits ou de sucre glace et on place une bougie allumée dans les fenêtres. Les autres friandises de Noël sont : le gâteau au miel de saint Nicolas, le Glintwein (Vin d'évêque), le pain de Noël (Christbrot), les bretzels de toutes formes, et les brioches de Noël (Christstollen).

Aux Antilles (Jwaïeu Nouel, Jjwaye Nowel, Jénwèl) : Noël prend des allures créoles et françaises comme ses habitants et le tronc des palmiers s'enrubanne de petites lumières blanches. La Messe de Minuit est de tradition et, au retour, le célèbre Ti-Punch est détrôné en cette occasion par le "Schrrubb". À St-Barths, ce cocktail est composé de rhum blanc, de citron, de sirop de sucre, parfumé aux saveurs des îles - cannelle, muscade, girofle et thé du charpentier.

En Guadeloupe, ce sont des écorces d'agrumes qui donnent au rhum blanc leurs parfums. Après avoir savouré le rhum à petites gorgées, on apporte sur la table la grande soupière de soupe aux pois d'angole agrémentée de quelques morceaux de viande salée qui apporte un fumet incontestable de fêtes. Puis viennent les plats de résistance qualifiés "pur porc". Le cochon s'est transformé en boudin, pâté et ragoût. Le jambon est aussi de la fête et a pris, avant de cuire, son coup de l'étrier. Il sent le bon vieux rhum et le sucre de canne. Ici, comme partout ailleurs, c'est la fête des enfants et l'invitation à la gourmandise. En Guadeloupe, la farandole des douceurs prévoit un blanc-manger au lait de coco, un quatre-quarts, des chadecs confits, ces pamplemousses géants à l'écorce encore verte, et des fruits-pays.

Par tradition, à St-Barths, on retrouve les "tchek", des galettes faites de noix de coco râpée qu'on mélange à du sucre de canne moulu (type cassonade) et qu'on parfume à la cannelle en poudre. Mais le clou de la fête demeure le "pône", un pain composé de patates douces, de giraumon (potiron local), de sucre, de vanille, de raisins, de cannelle, le tout enduit de bon beurre et doré au four.

En Autriche (Fröhliche Weihnachten) : Noël est la fête familiale la plus importante de l'année. La fête débute le 1er décembre avec la couronne de l'Avent. Pendant tout le mois de décembre, les alentours de l'Hôtel de Ville de Vienne, la capitale, sont en fête. Les arbres du parc sont recouverts de parures fantastiques au milieu d'un décor de conte de fée. Toujours dans ce parc, se déroule le fameux marché de l'enfant Jésus. C'est un marché de Noël. Les enfants y dégustent des marrons chauds, font du patinage sur la patinoire de l'Hôtel de ville, déguisés en animaux ou en personnage de conte de fée. Ils peuvent également traverser le parc en prenant un petit train. Avant de partir, ils inscrivent leurs souhaits sur un tableau, qui est paraît-il, consulté par le Père Noël et le Petit Jésus. Sur toutes les places des villes et villages se dresse un sapin. Le 24 décembre, les rues de certaines villes sont envahies par les enfants, souvent accompagnés de leurs grands-parents, pendant que les parents décorent le sapin caché jusqu'à ce jour dans un grenier ou une cave. Le 24 décembre au soir, cinémas, restaurants et théâtres ferment leurs portes car tout le monde doit participer à la fête.

En Belgique (Zalige Kertfeest) : Saint-Nicolas vient le 6 décembre avec son âne chargé de jouets. Près de la cheminée, les enfants déposent un navet et une carotte pour l'âne. Pour la Saint-Nicolas, les enfants se régalent de petits gâteaux traditionnels à la cannelle, appelés speculoos, et qu'on façonne en forme de Saint-Nicolas. Comme la boisson nationale est la bière (il en existe plus de mille sortes !), on brasse une bière spéciale : la bière de Noël. Les plats traditionnels belges pour le repas de Noël sont le boudin blanc truffé, l'oie aux châtaignes, le foie gras, la dinde truffée.
 
Dans la région de Nivelles, tous les enfants savent que le Petit Jésus lui-même dépose, au pied de leur lit, les savoureux cougnous de Noël, dont la pâte est façonnée jusqu'à ce qu'elle prenne la forme d'un corps à deux têtes. A Liège, on prépare "la boukète", cette délicieuse crêpe à la farine de sarrasin, frite à la poêle avec du beurre, agrémentée de raisins de Corinthe ou de ronds de pommes et servie saupoudrée de sucre fin ou de cassonade. On l'accompagne d'un bon vin chaud et, dans le pays de Herve, on l'agrémente du célèbre sirop qui fait l'honneur de la région.

Au Danemark (Glædelig Jul) : Tout le mois de décembre participe à la fête. Les rues sont illuminées et décorées de guirlandes et de branches de sapin. Les enfants écrivent de nombreuses cartes à leurs amis et à leur famille. Des timbres sont spécialement émis pour Noël. Un des plus beaux a été dessiné par la Reine elle-même. Dans chaque maison, une couronne garnie de quatre bougies est suspendue au plafond. La maison est décorée de branches de sapin, de petits anges, de lutins et d'étoiles en paille. Les enfants font eux-mêmes de nombreuses décorations qu'ils accrochent dans le sapin. On va en famille couper le sapin de Noël dans la forêt. Le dîner de Noël commence vers 18 h. A la fin du repas, on sert du riz au lait où se cache une amande entière. Celui qui la trouve reçoit en cadeau un petit cochon porte bonheur en pâte d'amande. Après le dîner le papa va seul dans la pièce où se dresse le sapin de Noël décoré de guirlandes faites de petits drapeaux danois, de bougies et de petits cœurs rouges et blancs. Le papa allume une à une les bougies pendant que la famille attend avec impatience derrière la porte. Puis toute la famille entre et fait un cercle autour de l'arbre en se tenant par la main. Chacun à son tour choisit un chant de Noël que tous entonnent en faisant une ronde.

En Espagne (Feliz Navidad) : En Espagne, on appelle le jour du 24 décembre le jour de la « Noche Buena », qui est très important. Le jour du 25 décembre est moins important que le jour de la « Noche Buena ». Cependant ni la veille, ni le lendemain de Noël ne sont fériés en Espagne.
La messe de minuit est appelée la messe du coq. Dans certaines régions, la bûche de Noël, choisie le 13 décembre fête de sainte Lucie, est couverte d'une couverture les jours qui précédent Noël. A Noël, les enfants dansent autour de la bûche en tapant dessus avec un bâton pour que la bûche leur apporte des friandises. Le menu est presque toujours le même : agneau rôti, dinde et fruits de mer. Le plus typique, pendant tous ces jours de fête, ce sont les confiseries : le "Turron" est une espèce de nougat. Le jour des cadeaux est le jour des Rois, le 6 janvier : ce sont surtout les Rois Mages venus d’Orient qui apportent les cadeaux. Ce sont eux qui ont apporté à Jésus l’or, l’encens et la myrrhe). L’Espagne est le seul pays latin où le Père Noël ne s'est pas encore imposé.

Puissiez-vous chers amis réaliser votre sapin de Noël et votre crèche, quels que soient vos moyens et votre disponibilité, dans l’amour et la joie du Christ qui vient sauver l’humanité. Soyez un peu plus heureux que l’an passé et donner du bonheur à qui n’en a pas.

Solange Strimon

Commentaires  

#4 Dominique 22-12-2016 16:13
Bonjour ma chère Solange,
 
N'ayant point plantée dans le cœur la haine des philosophâtres prétendument des "Lumières" ("Écrasez l'infâme", "Satan, notre Père commun") et n'insultant pas la langue française en faisant la confusion entre les mots "fête" (saint patron) et "anniversaire" (Noël), je vous souhaite un Bon Noël, et non de blessantes, plates et fautives "Bonnes fêtes",  appartenant au registre du terrorisme révolutionnaire , fait au nom de l'athéisme militant.

Il y a pire que le terrorisme islamique : le terrorisme révolutionnaire , car le premier ne tue que le corps, l'autre tue les âmes !
 
Amitiés,
Dominique
Citer
#3 Benoît Legendre 22-12-2016 00:49
Mille mercis à vous, Solange Strimon pour votre très bel article passionnant ! La magie de Noël est bien montrée grâce à toutes ces traditions nationales ; puissent-elles vivrent encore longtemps ! C'est d'ailleurs le peuple de toutes nos nations qui maintiennent la tradition...

Merci, Seigneur, d'avoir gardé confiance aux tout-petits, et de prendre en pitié les sages et les savants !
Citer
#2 PELLIER Dominique 21-12-2016 08:02
Né dans une famille catholique, nous avions la tradition de reconstituer la crèche à chaque noël avec des santons en terre cuite, ce me semble, l'étable était constituée par une boîte en carton recouverte de "papier rocher". Et le sapin, bien sûr. Non que cela ne se fasse pas trop en milieu protestant, la crèche surtout, nous évitons le sapin à cause de la chatte.
Bon et joyeux Noël, le Rédempteur est là !
Citer
#1 Essayan 21-12-2016 07:32
Sympa de balayer toutes les draditions de Noël en cette période Sacrée. Dans cet article original et sympathique comme je l'ai dit je regrette le mot de DICTATURE Socialiste a mon sens tout les politiques on une très grande responsabilité dans le déclin de la France et ne pas oublier que la République n'est pas démocratique puisse qu'elle est issue d'un coup d'état que le peuple n'a pas voulu. Le roi est vivant vive le roi.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement