La Cristallerie Royale de Champagne-Bayel, vieille de plus de 300 ans, obligée de fermer définitivement

Un coup dur pour les 30 salariés de la Cristallerie Royale de Champagne, déçus et choqués en apprenant lundi dernier, que leur entreprise à Bayel (Aube) devait bientôt fermer ses portes. L'officialisation de cette décision pourrait intervenir le 31 mars prochain pour une cessation d'activité avant le début de l'été.

Certes, il y avait eu des signes avant-coureurs comme cette période de chômage technique d'un mois et demi en juin 2015, mais les salariés habitués à vivre au rythme des difficultés du site, ne pensaient pas en arriver là. La direction du groupe explique que cette décision est motivée par " la grave crise touchant l'art de la table conjuguée à des coûts de production importants ", l'entretien du dernier four pour souffler le verre coûte 30.000 euros par mois.

Historique : Bayel, village champenois, situé dans l'est du département de l'Aube, au carrefour de la Lorraine et de la Bourgogne, connaît le verre depuis l’année 1300.

C'est en 1678 que Jean-Baptiste Mazzolay, maître verrier vénitien, y créa une verrerie sous l'égide des religieux de Clairvaux, alors propriétaire des lieux. Le roi Louis XIV donne à la " Manufacture Royale en cristaux de Bayel " ses lettres de noblesse grâce à l'exclusivité de la production et de la vente entre Chaumont et Paris.

Jusqu'à présent la Manufacture devenue " Cristallerie Royale de Champagne " accueille chaque année des milliers de visiteurs.

La cristallerie Royale de Champagne-Bayel est l'une des plus anciennes manufactures françaises de cristal soufflé bouche. Cette cristallerie de réputation mondiale n'a jamais éteint ses fours depuis le XVIIème Siècle. Elle est aujourd'hui l'héritière d'un savoir-faire parmi les plus riches et raffinés où la main de l'homme est souveraine. Soufflage à la bouche, taille à la main, gravure au sable, dorure, dépôt de platine, émaillage, sont autant d'hommages aux métiers du feu qui ont permis la réputation de Bayel, et lui ont permis d'obtenir le label Entreprise du patrimoine vivant. L'excellence des savoir-faire français, le label Entreprise du patrimoine vivant (EPV) est une marque de reconnaissance de l'Etat mise en place pour distinguer des Entreprises françaises aux Savoir Faire artisanaux et industriel d'excellence.

Lors d'une visite, sous nos yeux, ces maitres verriers cueillent le cristal en fusion afin de le façonner, le cristal moulé ou soufflé prend ainsi forme grâce à des gestes précis, hérités d'un savoir faire ancestral, les différentes pièces sont entièrement travaillées et taillées à la main. " La noble œuvre resplendit. Mais noblement resplendissante, qu'elle éclaire les esprits pour qu'ils aillent vers la lumière vraie " Abbé Suger de Saint-Denis (1081-1151).

Un brin de poésie ! Chanson des verriers de Bayel

Le four gronde, le feu brille, allons verrier lève-toi.

Dans le grand hall qui fourmille, brave le chaud et le froid.

Dans la fournaise brûlante, allons les fiers ouvriers,

cueillons la matière ardente au fond des rouges brasiers.

Hoé, hoé, les verriers.

Allons tiseur, tise-tise, n'épargne pas le charbon,

joyeux souffleur sans reprise, souffle souffle ton flacon.

Léger porteur, fends la foule, port' à l'arche par milliers,

les flacons sortis du moule, c'est le pain des ouvriers.

Hoé, hoé, les verriers,

Le rouge creuset s'avance sur son lourd diable de fer

le four est ouvert et lance toutes les flammes d'enfer,

sous des lueurs d'incendie, armés de longs tisonniers,

bourrent la face noircie, les mâcleurs et les potiers.

Hoé, hoé, les verriers.

Verriers, votre main féconde répand sur l'humanité.

Ces cristaux plus purs que l'onde, pleins d'un breuvag'enchanté.

Nous coulons des eaux limpides des vitres de nos foyers,

Et l'or des vitraux splendides, orgueil de nos ateliers.

Hoé, hoé, les verriers.

Dieu qui nous donna le verre y déposa de ses mains.

Un reflet, de sa lumière, pour éclairer les humains

Aussi pour fêter la gloire du bon dieu des ouvriers,

Amis nous allons tous boire à la santé des verriers,

Hoé, hoé, les verriers.

La boutique " Pavillon du Cristal " de la Cristallerie Royale vous propose une large gamme de produits en premier choix, second choix ou fin de série. Deux ventes promotionnelles sont organisées : Les 28, 29 et 30 avril 2016, et en décembre.

Eric Muth

Renseignements au 03.25.92.37.60. Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires  

#6 Meuse 01-04-2016 11:57
Citation en provenance du commentaire précédent de BARBANZED Leon :
Le Socialisme anti républicain, anti démocratique et anti social ne peut conduire qu'à la ruine économique.
Pourquoi s'en étonner ?

Le socialisme n'est pas seul responsable, le libéralisme et le libre-échangism e fanatiques vont de pair avec lui pour détruire tout le tissu économico-cultu rel de la France. Le traité transatlantique que préparent la gauche et la droite du régime va donner un coup d'accélérateur ce sale boulot.
Citer
#5 Patrick 16-03-2016 06:53
La perte de ces fleurons de notre Patrimoine est un gâchis qui se répète depuis trop d'années. à Portieux, notre Cristallerie datant de 1705 a aussi fermé ses portes il y a quelques temps.
Citer
#4 MUTH ERIC 15-03-2016 17:58
Aux dernières nouvelles, d'après Monique Varennes, Présidente de l'Office de Tourisme du Pays de Bar-Sur-Aube, la Royale de Champagne va bien fermer, procédure mise en oeuvre par le groupe DAUM-HAVILAND
Citer
#3 BARBANZED Leon 14-03-2016 12:05
Le Socialisme anti républicain, anti démocratique et anti social ne peut conduire qu'à la ruine économique.
Pourquoi s'en étonner ?
Citer
#2 Pellier Dominique 14-03-2016 08:48
Si ce n'était hélas que cette entreprise ! Quand on détruit, littéralement, l'industrie, le savoir faire français dans beaucoup de domaines que beaucoup nous envient. Plus d'industrie, plus artisanat... et de quoi la FRANCE vit elle ????
Citer
#1 Benoît Legendre 13-03-2016 22:54
Nous sommes devenus incapables de faire perdurer ces métiers anciens magnifiques... Notre monde, cette société évolue dans un sens où l'homme et son savoir, sa maîtrise de techniques ancestrales, le goût pour la beauté et le temps pour faire les choses n'ont hélas plus leur place... Et l'homme disparaît lui aussi, emporté dans un tourbillon où soufflent l'envie de l'immédiat, le virtuel, l'agitation et le manque de goût, de tous les goûts...

J'espère qu'un autre lieu où s'exerce un talent séculaire, la fonderie de cloches de Villedieu les Poêles en Normandie, ne connaîtra pas un sort similaire...
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan