Le Coup de Jarnac

L’on demanda un jour à François « Le Petit », que ses amis surnommaient affectueusement « Fraise des Bois » ou « Capitaine de Pédalo », d’où il tenait cette merveilleuse vêture de libéralisme capitaliste.

Il répondit qu’elle lui venait du réalisme économique que lui inculqua sa chère E.N.A.

Or, de mauvaises langues travestirent ses propos et répandirent qu’il avait dit qu’elle lui venait du réalisme politique que lui inspira son prédécesseur, François « Le Florentin ». Ajoutant qu’il avait conclu que passer par l’électorat de gauche pour arriver à appliquer une politique de droite était souvent, politiquement, le chemin le plus court…

La compagnie se gaussa, mais certains familiers, sincèrement à gauche, s’en émurent et François « Le Petit » dut se justifier pour les conserver dans un semblant d’entourage. Dès lors, il chercha à obtenir réparation des mauvais esprits qui l’avaient mis sur la sellette.

Il en fut empêché plusieurs années, mais finit par découvrir l’auteur de la calomnie : un redoutable bretteur dont les éternelles divisions internes entretenaient la lame de la médisance très affûtée : son propre parti !

Quand arriva la date anniversaire de la mort de François « Le Florentin », il saisit l’occasion pour se venger de l’affront. Prenant prétexte de cet anniversaire de décès, il appela le parti et alla avec lui à Jarnac, se prosterner devant le sépulcre de celui qui en fut la plus belle incarnation.

Convoqué sur le pré du souvenir, le parti ne put se dérober et crut d’ailleurs triompher facilement de l’offensé par le contraste que révèlerait la confrontation entre « Le Florentin » et « Le Petit ».

C’est alors que François « Le Petit » lui porta le coup fatal : feignant de commémorer l’illustre disparu avec le parti, il convoquait en réalité les mânes de ce dernier à venir constater leur propre décès et le lieu de leur ensevelissement vingt ans plus tôt ! Le parti ne vit pas le coup venir, mais la lame du réel l’atteignit de revers et sectionna d’un coup le jarret des certitudes !

Les mânes du parti, décillés de leur illusion de vivre encore, s’évanouirent et le parti disparut.

L’on considéra ce coup très habile et il donna lieu à une expression proverbiale…

Franz de Burgos

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement