Asta et son épouse, les oubliés du Stade de France !

En cette période de Noël, une pensée solidaire pour Asta, victime d'un kamikaze au Stade de France, en colère, en raison du manque de reconnaissance: " Je voudrais que toute la France sache que même au Stade de France il y a eu des blessés graves " explique-t-il en larmes.

Un mois après les attentats de Paris et Saint-Denis, une des victimes du Stade de France s'est confiée pour la première fois à la Télévision. Le 13 novembre au soir, Asta Pavlovic vendait des écharpes de supporters aux abords du stade. Lorsque vers 21H53, Bilal Hadfi, a déclenché à quelques mètres de lui sa ceinture explosive. Asta a été criblé par des boulons qui lui lacérèrent le corps. Les séquelles sont lourdes, il a perdu l'audition de son oreille droite, et subit des vertiges. L'un de ses doigts a même été arraché par l'explosion.

Son épouse, quant à elle, est dans un état critique, elle est toujours dans le coma, avec un boulon logé dans le cerveau. " Il y a eu des blessés graves, on nous a mis à l'écart. Rien que d'y penser ça m'énerve...Nous on voulait être en communion avec toutes les victimes parce ce qu'on l'est autant qu'elles. Le jour de la cérémonie aux Invalides, je me suis mis au garde-à-vous dans mon lit et je pleurais comme un gamin ".

" On n'avait pas l'impression d'être pris en compte et d'être victime des attentats, déplore Asta, c'est comme si j'étais un fait divers banal. C'est un bus qui m'a renversé et je me suis retrouvé à l'Hôpital. Le fait qu'on ne parle pas de nous, franchement, c'est lamentable ".

Dépité en raison du manque de reconnaissance de sa situation, il compte bien créer une association pour venir en aide aux victimes oubliées comme lui et son épouse " Je vais travailler et ramasser de l'argent pour ceux qui vont rester invalides, entre quatre murs en attendant la mort ". Pour récolter des fonds, Asta veut continuer à vendre des écharpes comme il le faisait le soir du 13 novembre 2015.

C'est un jour gravé à jamais dans sa chair " On m'a notamment ouvert l'estomac parce que l'un des boulons s'est arrêté juste sur le colon. Les médecins disent que c'est un miracle parce qu'il a traversé mon corps sans rien toucher ".

Eric Muth

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement