Le « pourquoi » du succès de mon très beau drapeau accroché à la fenêtre du balcon

Pour répondre – non pas à celui qui fait office de chef de l’état – mais à l’archevêque de Mossoul, Mgr Amel Shimoun Nona, qui fait partie de ces réfugiés irakiens de confession chrétienne ayant fui la barbarie islamique du « califat »,  et qui s’est adressé récemment aux occidentaux par le biais d’une entrevue accordée au journal italien “Corriere de la Sera », j’ai pensé qu’il serait certainement intéressant de lui apporter du soutien, si petit soit-il par l’accrochage du drapeau de France, et ce 27 novembre, mais pour d’autres raisons que celles qu’il a évoquées. Voici d’abord son message :

« Notre souffrance, ici en Irak, n’est qu’un prélude à ce que vous-mêmes, chrétiens européens et occidentaux, devrez subir dans un futur proche », a insisté l’archevêque à ses frères chrétiens d’Occident. S’il-vous-plaît, il faut que vous fassiez les efforts nécessaires pour comprendre ceci : Vos principes libéraux et démocratiques n’ont aucune valeur aux yeux de ces musulmans fanatiques. Vous devez reconsidérer la réalité du Moyen-Orient, car vous continuez actuellement d’accueillir un nombre croissant de musulmans chez vous. Je vous mets en garde car vous aussi, vous êtes en danger. Il vous faut immédiatement prendre des décisions courageuses et difficiles, y compris en allant à l’encontre de vos principes de vos lois et liberté. Vous croyez que tous les êtres humains sont égaux sur cette terre, mais ce n’est pas une chose acquise selon les différentes religions. L’Islam n’a jamais décrété que tous les êtres humains sont égaux. Le mot “Amour” n’existe pas dans le Coran. Vos valeurs ne sont pas leurs valeurs et ils ne le seront jamais. Si vous ne comprenez pas cela rapidement, vous deviendrez les victimes d’un ennemi hypocrite, menteur et imposteur que vous aurez accueilli, vous-mêmes et bras ouverts, dans vos propres pays». 

Ce que le président Hollande ignore certainement, sa culture n’étant que politique, rien d’autre, c’est que la date du 27 novembre est sacrée pour les royalistes. En effet, et mes lecteurs le savent aussi bien que moi, mieux certainement, ce 27 novembre 511, Clovis, le roi des Francs, issu de la dynastie des Mérovingiens, s’éteint à Paris. Après son décès, son royaume sera partagé, selon la coutume germanique, entre ses quatre fils.

Mon beau drapeau, vous l’avez bien compris, est le drapeau royal de la monarchie française, sur lequel triomphe les fleurs de lys.  On prête à cette fleur, qui est devenue l’emblème de la monarchie française, beaucoup de légendes qui pourrait expliquer sa forme, si particulière. Tout d’abord, le dessin original de la fleur de lys que l’on peut voir sur le drapeau royal viendrait non pas du lys traditionnel mais de l’iris jaune des marais représenté la tête en bas. Il aurait été choisi comme symbole par Clovis, lors d’une de ses victoires, près de Poitiers, où cette fleur pousse abondamment.

On peut aussi expliquer cette forme par une étude linguistique. En effet, la langue couramment utilisée à l’époque était le francique, un dialecte germanique qui ressemble en beaucoup de points au néerlandais. Il se trouve que dans cette langue, l’iris des marais se traduit par lisbloem, soit littéralement fleur de lys en français. Voici donc pourquoi, on parlerait de fleur de lys sur un drapeau et non d’iris. Il existe bien des légendes à ce sujet  Une légende tout autre raconterait que, près de l’ancienne forêt de Saint Germain en Laye où le couple royal avait l’habitude de séjourner, la Reine Clotilde, très croyante, consultait souvent un ermite. Et un jour, alors qu’ils priaient, un ange se serait présenté à eux, leur demandant de changer le drapeau orné de crapauds (symbole qui pourrait aussi être un dérivé de la fleur), par trois fleurs de lys. De nombreuses légendes courent mais le plus important est d’en connaître au moins une et de la relier à Clovis.

Quelques mots sur Clovis : tout aussi puissant qu'on peut le présenter, il était entouré de plusieurs personnes qui ont su l'influencer. Il y eut tout d'abord : saint Rémi (437-533). Il fut l'évêque de Reims pendant soixante-quatorze longues années. Surnommé « l'apôtre des Francs », il joua un rôle important pour Clovis dès le début de son règne. Clovis suivit ses conseils comme un élève et son maître. Rappelons alors que Rémi a 44 ans lorsque Clovis en a 15. Bien que Clovis soit païen, Rémi respecta et prodigua des conseils au roi salien, tout comme il l'avait fait avec son père Childéric. Il espérait que Clovis suive les pas de son père, en respectant la religion catholique, et les hommes d'églises. Rémi était également très connu pour avoir baptisé Clovis et ses 3000 hommes. C'est lui qui introduisit Clovis dans la vie religieuse catholique. Clovis le remercia en lui donnant des terres, où il fonda beaucoup d'églises mais il est devenu difficile aujourd'hui de déterminer lesquelles. Il se servit cependant de sa position pour se faire obéir envers ses pairs, comme le montre sa correspondance avec le roi.

Clovis meurt à Paris à l'âge de 45 ans le 27 novembre 511. Il est enterré dans la basilique des Saints Apôtres, auprès de sainte Genneviève, son amie. Sa femme Clotilde l'y rejoindra beaucoup plus tard. La basilique sera rebaptisée église Sainte-Geneviève avant d'être reconstruite et reconvertie en Panthéon. Le royaume des Francs (ou Regnum francorum) est partagé selon la coutume germanique entre les trois fils qu'il a eus de Clotilde et un autre fils, Thierry. Ce dernier réside à Metz et reçoit la vallée de la Moselle. Clodomir reçoit la vallée de la Loire ; Childebert Paris et la vallée de la Seine ; Clotaire le nord-est du bassin parisien (que l'on appellera plus tard Neustrie).

La fleur de lys est apparue sur le drapeau et les armoiries des Rois de France sous Clovis. Le drapeau royal était représenté à l’origine par 3 fleurs de lys couleur or sur fond bleu. Il fut remplacé par la bannière tricolore lors de la Révolution Française. D’ailleurs, sur celui-ci, on retrouve tout de même la couleur bleu, symbole de la monarchie.

Suite à de nombreux appels téléphoniques émanant de personnes ne connaissant pas ce drapeau, j’ai eu droit à certains commentaires, que je vous laisse imaginer. Vive la France de Clovis, vive notre roi et prenons le temps ce 27 novembre 2015 de prier pour le repos de Clovis !

Solange Strimon

Commentaires  

#7 Gwen Balafenn 01-12-2015 13:27
J'apprécie beaucoup lorsqu'on parle des fleurs de lys et du drapeau représentant notre pays, de même que j'aime aussi voir flotter les étandards royaux. Toutefois dans votre texte, Madame, je note une vilaine erreur, en effet dans l'actuel drapeau tricolore, c'est la couleur blanche qui symbolise la Monarchie, le bleu et le rouge étant les couleurs de la Ville de Paris ! C'est ainsi que l'ont adopté les révolutionnaire s constitutionnel s de 1790 !
Citer
#6 Stanislas Desrues 01-12-2015 10:58
De la légende à laquelle fait référence Solange Strimon à la réalité historique dont fait état Jean-Yves Pons, il est intéressant de connaitre les deux.
Citer
#5 Solange 01-12-2015 10:00
En réponse à Jean-Yves Pons, je le remercie d'avoir apporté toutes ces précisions historiques qui éclairent parfaitement nos lecteurs sur le sujet.
Citer
#4 Jean-Yves Pons 30-11-2015 21:56
Pardonnez-moi mais je dois vous contredire. En effet, les premières manifestations de l'héraldique en Europe occidentale datent de la première moitié du XIIe siècle et non pas du temps de Clovis. Quant aux fleurs de lys des armes du roi de France, elles sont même un peu plus tardives que la toute première emblématique des guerriers du Moyen-Age puisque elles apparurent initialement sur les vêtements royaux (avant même l'écu et a fortiori l'étendard) de Louis VI puis Louis VII. Bien que déjà d'or sur champ d'azur, elles étaient alors dites "sans nombre" c'est-à-dire semées (comme un ciel semé d'étoiles), ce qui rendait compte du caractère "célestiel" de la mission du roi de France. Elle ne furent réduites au nombre de trois (en l'honneur, a-t-on coutume de dire, de la Sainte Trinité) qu'à partir de la fin du règne de Charles V.
Nous sommes bien loin de Clovis et de Clotilde...
Citer
#3 ARMENANTE 30-11-2015 15:45
Liberté et égalité n'est plus qu'un rêve actuellement en France, il nous reste la fraternité et cela nous permettra de faire évoluer la médiocratie française.
Citer
#2 PELLIER Dominique 30-11-2015 11:09
Je ne parlerai plus ici de mes propositions quant à nos couleurs. Le phénomène de leur exposition, pas très suivie d'ailleurs, vendredi n'est qu'un coup d'épée dans l'eau. Cette jolie envolée de patriotisme ne durera que son temps, très court, car il sera bien vite oublié, s'il ne l'est déjà en ce lundi 30 novembre, hélas. C'est comme ces journées de ci et de çà qui ne servent à rien. Les bonnes causes nécessitent de la constance, non un seul jour par an, qu'on se le dise. Moi c'est toute l'année que je chéris MA FRANCE !!!!!!
Citer
#1 Simard frederic 30-11-2015 08:24
Bonjour,
Très beau texte, merci à vous.
Avez-vous la bannière blanche avec les fleurs de lys et le blason de la royauté ou celle sur fond bleu avec les trois fleurs de lys ? Simple curiosité.

Merci.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan