Merci très Saint Père !

Très Saint Père,

 Vers midi aujourd’hui, j’ai appris votre renoncement à la charge d’Évêque de Rome. Quel coup de massue !

Je suis jeune, je suis de votre génération, de la « génération Benoît XVI », et c’est avec tristesse mais un plein respect filial que j’accueille cette décision. Interviewé par M6 lors de votre venue à Paris en 2008, j’avais alors parlé de votre douceur, de votre intelligence, de votre sérénité, de votre humilité et de votre foi profonde. Cinq ans après, les mêmes mots me viennent à l’esprit mais j’y ajoute le respect. Le respect envers un berger qui, bien qu’âgé, a su rester debout dans la tempête, témoin de la Vérité, de la Pureté et de la Sainteté pour guider son troupeau dans les chemins abrupts de la Foi et du monde.

« Firmes en la Fe ! » Tel était votre appel pour les JMJ de Madrid, événement fort de votre riche pontificat. Telle est la réponse de la jeunesse ! Vous avez réveillé la jeunesse d’Europe, cette jeunesse qui vous entourait lors de la magnifique veillée de prière à Cuatro Vientos n’a plus honte de vivre sa foi et c’est grâce à vous, grâce à votre exemple, grâce à votre enseignement.

Si les hommes de ce monde n’ont eu devant votre sainteté que les armes de l’injure, sachez, Très Saint Père, que c’est bien peu de choses face à l’Amour que nous vous portons et que vous portez au monde. Ce n’est pas le visage d’un vieil d’homme que nous voyons lors que nous vous regardons, mais la face du Christ serviteur !

Nous vous portons dans nos prières et nous prions le Saint-Esprit qu’Il inspire les cardinaux pour l’élection de votre successeur.

Merci Très Saint Père, merci.

Pierre Ardent

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan