[Point de vue] Crise des migrants : il faut ouvrir des camps !

Il est urgent d’ouvrir des camps pour l’accueil des migrants et des candidats à l’asile politique qui  affluent en  Europe.  L’actuelle « crise des migrants » a apporté la preuve que le système en vigueur est un échec. Les migrants, une fois débarqués illégalement sur les côtes d’Europe, en Sicile et en Grèce principalement, peuvent poursuivre leur chemin vers le nord. Ce qui, immanquablement, cause des crises humanitaires, que ce soit dans les zones frontalières entre Etats européens, dans les jardins publics parisiens ou dans des camps insalubres illégaux créés par les migrants eux-mêmes, à Calais ou ailleurs. Ces situations provoquent des drames humains intolérables, comme la mort de migrants dans le tunnel sous la Manche, ou celle d’autres malheureux dans des camions utilisés par des passeurs sans scrupule. Elles sont aussi la source de tensions diplomatiques inutiles entre pays voisins : France et Italie, France et Royaume-Uni, Hongrie et Serbie, Hongrie et Autriche, etc. Le système actuel (si l’on peut parler de système !) ne profite ni aux migrants ni aux Etats. Il ne profite qu’aux mafias qui organisent le passage de ces gens depuis les pays d’origine et à travers le continent européen.

Un camp n’est jamais un endroit idéal, surtout lorsqu’il s’agit de camps fermés.  Cependant, ils peuvent aussi être des lieux où les résidents sont pris en charge de manière humaine, où ils sont nourris, logés, soignés et où leurs enfants peuvent aller à l’école. Et surtout, la création de camps d’accueil permettra de stabiliser et de contrôler le problème, tout en permettant aux autorités européennes de faire le tri. Oui, le tri. Car s’il est clair que nombre de Syriens fuient leur pays pour des questions de survie, cela n’est certainement pas le cas des Pakistanais, des Ethiopiens, des Ivoiriens, des Mauritaniens ou des Guinéens ! Nul ne disconviendra que la vie est souvent difficile, dans leurs pays. Mais la situation n’y est pas invivable et la plupart de ces migrants n’y subissaient pas de persécutions politique ou religieuse. Même les Nigérians n’ont aucune raison valable de fuir leur pays : la terreur de Boko Haram n’affecte qu’une toute petite partie de ce vaste pays qu’est le Nigéria, le plus gros producteur de pétrole du continent. Son gouvernement a les moyens d’accueillir les personnes déplacées par ce conflit. L’Erythrée, grand « exportateur » de migrants, n’est pas en guerre. Malheureusement, le dictateur local persiste à imposer un service militaire à durée illimitée à sa jeunesse, tout en maintenant une chape de plomb sur ce petit pays de la Corne de l’Afrique. Laurent Fabius et ses collègues ministres européens des affaires étrangères sont-ils à ce point impuissants qu’ils ne parviennent pas faire évoluer de manière positive la situation dans ce pays ? Ont-ils seulement tenté de le faire ? Ont-ils abordé le problème érythréen avec l’Union Africaine ? Rappelons aussi que le chaos libyen fut, pour une grande part, créé par la France et le Royaume-Uni, avec l’appui des Etats-Unis. Il appartient donc à ces pays de tenter d’y remédier, en collaboration avec l’Union Africaine, la Ligue Arabe et bien sûr avec les principaux intéressés, à savoir les Libyens eux-mêmes. Parmi ses derniers, le prince héritier Mohammed el-Sénoussi continue inlassablement à tenter de faire entendre sa voix, une voix appelant à la raison et à la réconciliation nationale. Peut-être serait-il bon de lui faire davantage écho ?

Oui, il faut des camps fermés en Italie et en Grèce où les primo arrivants seraient contraints de séjourner jusqu’à une prise de décision par les autorités compétentes : octroi du statut de réfugié dans l’un des 28 pays de l’Union Européenne, obtention d’un permis de séjour comme travailleur immigré ou comme étudiant, dans l’un de ces 28 pays, ou retour planifié et organisé vers le pays d’origine, en collaboration et en accord avec les autorités dudit pays, pour ceux qui ne tomberaient pas dans les deux premières catégories. Ces camps devraient répondre aux conditions prescrites par les conventions internationales et être ouverts à l’action du CICR, du HCR, de l’OIM et des ONG. Durant leur séjour dans ces camps, les migrants seraient pris en charge médicalement et des formations devraient leur être offertes, lesquelles pourraient faciliter leur réinsertion dans les pays d’origine. Les camps devraient être à la charge de l’Union Européenne.  Cette dernière n’en a pas les moyens, me rétorquera-t-on ? Les situations de crises humanitaires générées par l’arrivée incontrôlée de migrants à travers l’Europe seraient elles moins onéreuses que la gestion de quelques camps bien organisés ?

La création de ces camps aurait en outre un effet dissuasif sur les migrants potentiels : sachant qu’ils ne pourraient plus se déplacer librement pour tenter de gagner le pays de leurs fantasmes (Royaume-Uni, Allemagne ou autre), beaucoup hésiteraient à prendre des risques insensés pour s’embarquer depuis les rivages turcs ou libyens. Le refus d’envisager la création de tels camps ne pourra que générer des problèmes chaque jour plus graves : augmentation du nombre de morts à Calais et ailleurs, apparition de maladies dues à l’insalubrité et à la promiscuité (tuberculose et autres),  multiplication de problèmes sécuritaires entre migrants de différentes origines et entre migrants et populations locales, et enfin risques d’infiltration d’agents dormants de l’Etat Islamique.

L’idée proposée dans cet article n’est peut-être pas idéale, mais elle semble faire son chemin dans l’esprit des décideurs, puisque les gouvernements Français et Britannique viennent d’annoncer la création d’un camp à Calais en… 2016 ! L’heure ne devrait plus être aux tergiversations, mais plutôt aux décisions courageuses. Il y a urgence !

Hervé Cheuzeville

Commentaires  

#7 Jean-Yves Pons 11-09-2015 19:57
Bien sûr qu'il faut des camps mais des camps de rétention en attendant la remigration systématique de tous les immigrés illégaux et donc délinquants vers leurs pays d'origine. Mais, surtout, pas d' interférence des divers "Machins" tels le HCR, le CICR et autres organismes onusiens qui ne sont que les bras armés du lobby immigrationnist e. D'ailleurs, tout doit commencer par la révocation de nos diverses ratifications de conventions internationales . Nous sommes en guerre et les états d'âme doivent rester au vestiaire. Ou alors il faut accepter de sortir de l'Histoire.
À propos de Mohammed el-Senoussi,lir e "Et si nous parlions encore de la Libye":https:// conseildansespe ranceduroi.word press.com/2015/ 08/17/bulletin- climatique-quot idien-17-aout-2 015de-la-republ ique-francaise/
Citer
#6 AudeLys 06-09-2015 15:27
Je pense que nous sommes tous à peu près d'accord sur ce sujet. Et il est vrai qu'il n'y a aucune solution idéale dans ce genre de drame. Mais je voudrais aller un peu plus loin que M. Hervé Cheuzeville. Notamment quant au "tri" à effectuer. A l'heure actuelle, tout le monde sait que les pays du Golfe - Qatar, Arabie Séoudite, Koweit, Emirats arabes unis, bref les pays les plus riches du monde n'ont accueilli absolument aucun clandestin sur leur territoire et s’ils devaient en accueillir, il n’y aurait aucun Chrétien, j’en suis sûr. Il en va de même pour les pays du Maghreb. Alors, je dis que la honte n'est pas pour l'Europe mais pour tous ces pays musulmans qui ne veulent même pas des leurs sur leur territoire.
Aussi, je propose que dans le cadre des camps d'accueil proposé par Hervé Cheuzeville pour "trier" les "vrais réfugiés" des réfugiés économiques et autres profiteurs (j'y reviendrai), on y ajoute le "tri" religieux. C'est à dire les musulmans d'un coté et les non-musulmans de l'autre (Chrétiens d'Orient, Juifs, Yazédis et autres minorités). Ce n'est pas difficile à faire. Après quoi, les pays musulmans prendraient en charge leurs frères qui pourraient ainsi s'abreuver sans restriction aux délices des prescriptions du chamelier pédophile, et le monde occidental accueillerait temporairement les autres.
Cette distinction effectuée, il ne resterait dans les pays source d’émigration que les Daeshiens qu'il suffirait d'éradiquer, de neutraliser définitivement. Après quoi, nous pourrons aider "nos" réfugiés à se réinstaller chez eux et si les musulmans hébergés en Musulmanie voulaient rester dans les pays de cocagne les ayant accueillis, cela resterait leur problème, pas le nôtre.
Ce système, non infaillible cependant, permettrait de détecter aussi, si j'ose dire, les profiteurs que j'évoquais plus haut. Tel le père de ce petit garçon retrouvé mort sur une plage de Turquie, dont la photo sert de propagande immigrationnist e, mais dont on sait aujourd’hui que le but du réel et unique responsable (le père) était de venir se faire refaire les dents en Europe aux frais du con-tribuable Français ou allemand ou je ne sais quoi. A ceci près qu’il était le seul de sa famille à porter un gilet de sauvetage et qu’il était installé en Turquie depuis 3 ans. Combien sont-ils comme lui ? Combien sont-ils ceux qui nous sont expédiés par l’E.I. pour plus tard tout faire péter chez nous… Quant à ceux qui nous viennent d’ailleurs, M. Cheuzeville à raison, il n’y en a aucun qui fuient quoi que ce soit. Ils viennent seulement manger au râtelier… la France est si généreuse.
Reste enfin le côté religieux. Je veux parler du nôtre. Aujourd’hui encore notre Pape a demandé à ce que chaque commune en Europe accepte sa part de réfugiés. J’aime beaucoup notre Pape et je ne lui en veux pas d’avoir dit cela. Cependant, sait-il – je suppose que oui – ou imagine-t-il seulement que lorsque tous les musulmans seront venus s’installer en Europe, ce sera la mort du Christianisme, du Catholicisme… Comme cela se passe ailleurs lorsqu'ils sont majoritaires.
Car ne nous faisons pas d’illusions, l’invasion à laquelle nous assistons est avant tout religieuse. Invasion pacifique mais invasion quand même.
Citer
#5 PELLIER Dominique 04-09-2015 08:01
Il y a un tri assez difficile à faire, malgré tout, pour endiguer ce flot d'émigrés. Il n'est aucune question ici de racisme, loin de moi même, un tel sentiment. Le critère, la volonté de s'intégrer à la vie française, le respect des loi du pays d'adoption, la volonté de travailler, de vivre en communauté. Nous n'avons pas besoin, cela est catastrophiquem ent évident, de fauteurs de troubles, encore moins de profiteurs. Accueillons les bonnes volontés. Il y a eu un reportage récent à la télévision où, malheureusement , on refusait l'asile à des gens qui commençaient à travailler chez nous, à y faire éduquer leurs enfants, mais on en nourrit d'autres, qui se moquent de nous, de nos principes et qui sont bien heureux pourtant d'être ici. Il y en a que j'ai entendus dire, ici : "oh, la france....!". Très significatif, non ? Si ces gens critiquent tant la FRANCE qui les reçoit,qui les nourrit, parfois malgré ELLE, qu'ils s'en aillent, on ne les retient surtout pas!!!!!
Citer
#4 Benoît Legendre 03-09-2015 23:43
Accueillir le réfugié, contrôler le migrant, repousser l'envahisseur...
Ca ne va pas faire un peu beaucoup, pour notre caste politico-médiat ique ? Et j'ai lu quelque part que la Suède et l'Allemagne voulaient bien accueillir tous les malheureux fuyant l'orient agité... Ma foi, si ces deux pays veulent disparaître dans quelques décennies... Je préfère quand même les réactions "réflexe" de la Hongrie (chers amis hongrois, reprenez Sarkozy, on veut bien prendre Orban !) ou de la Slovaquie, des pays européens qui veulent le rester, ça devient une denrée rare !
Vive le roi !
Citer
#3 jean-Yves Pons 03-09-2015 21:10
Il est clair que, si nous ne voulons pas que notre civilisation disparaisse, la seule et unique solution (ce qui signifie, si certains n'avaient pas bien compris) c'est LE RETOUR À LA MAISON. Manu militari s'il le faut.
Citer
#2 Viddal Jacqueline 03-09-2015 18:47
Pas de camp pour ces 5e colonnes de l'islam ! Un voyage sans retour dans leur pays d'origine, voilà la solution !
Citer
#1 Charles Meret zolver 03-09-2015 11:59
Il y'a plus de 40 ans dans son roman "Le Camp des Saints" l'écrivain Jean Raspail prophétisait ce qu'allait devenir notre pauvre Europe occidentale... Effectivement, la création de camps aux frontières de l'Europe,même si cela est un pis aller, est indispensable, la preuve en est, plusieurs pays arabo-musulmans "voisins" de ces états en guerre, ont mis en place ce type de "structures"; qui plus est, ces états possèdent encore, ce à quoi les fantoches qui sont censés nous représenter ont renoncé, en faisant au passage fi de la volonté des peuples: des FRONTIERES.(oh le vilain mot!)
Ne perdons pas de vue non plus que ceux que la presse "officielle" (celle qui manie la "doxa") qualifie de "migrants",term e qui relève de l'escroquerie intellectuelle et sémantique, sont en fait des CLANDESTINS dont un certain nombre proviennent des geôles et prisons "libérées" par les "islamistes" et qu'il ne s'agit nullement de prisonniers politiques mais de "droit communs" et en l'occurrence la pire des canailles qui soit. Phénomène aggravant: ces criminels proviennent d'états beaucoup plus répressifs que les nôtres, ils bénéficient de l'effet d'anonymat que permettent la clandestinité et le groupe, du laxisme ambiant et du fait que leurs "victimes potentiels" sont des "infidèles" ("la femme et les biens de l'infidèle seront à toi dit le Coran"...),de fait, ils peuvent donner libre cours à tous leurs bas instincts... et tant pis pour les pauvres "autochtones".. .Que cela soit dans la région de Calais, l'Italie ou l'Allemagne dans les zones concernées, on ne compte plus le nombre de chrétiens détroussés, tabassés,assass inés même, de pauvres filles violées(en réunion) au cri d'Allah uakhbar! Il est plus qu'urgent de couper les "pompes aspirantes"! (AME et aides diverses) et surtout d'interdire le financement voir de procéder à la dissolution de toutes ces officines trottskystes ou pseudo chrétienne(en fait chevaux de Troie des trottsko-droitd el'hommistes :( Frce terre d'asile , machin chose SANS FRONTIERES, ASTI, ACCAT, CCFD(liste non exhaustive)... Je constate avec déplaisir, que bien souvent, dans nos milieux "royco", à trop vouloir se "démarquer" du F.N on en arrive un peu à tomber dans une forme de déni de certaines réalités ou tout du moins à les édulcorer par des termes peut-être un peu trop "policés". La France, et avec elle l'Europe, s'enfoncent chaque jour un peu plus dans le chaos. N'oublions pas ce qui s'est passé au moment de la prise de Constantinople : pendant que les Théologiens disputaient sur le sexe des anges, les turcs sont arrivés et les ont égorgés. comme disait AUdiard: "...2 intellectuels assis iront moins loin qu'un C... qui marche...".Jadi s , quand cela était nécessaire, le Roy dans sa "paternelle colère" n'hésitait pas à remplir de pendus nos vertes forêts"... L'immigration est devenue une ARME!!!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan