Gisele Bündchen dit vive la France et ses burqas!

Voici une conversation téléphonique qui aurait pu se tenir le 20 juillet :

 - Allô, dis-moi, je dois me faire refaire les seins pour mes 35 ans, mais discretos, t'as une idée?

 - Le mieux pour que ton ravalage de poitrine ne s'ébruite, Gis', c'est la France. 

 - Ha ouais?

 - Quoi, t'es pas au courant? Tu vieillis, Bünd'. Bah c'est simple : tu topes une burqa, tu la glisses dans ton Birkinch'Allah avant ton rendez-vous avec le billard et puis une fois sortie des vapes, fière jusqu'au bout de tes nouveaux seins, tu l'enfiles sur ton bikini, c'est mieux vu là-bas, et hop, ni vue ni connue, ça te changera, tu t'engouffres dans l'allemande qui t'attendra devant la clinique, direction les avions. En France quand t'as une burqa, une Mercedes et un chauffeur, on te fout la paix.

 - Ha oui? Et du coup avec cet oufit salafiste je peux me faire refaire n'importe quoi sans que ça se voit?

 - Eh oui c'est ça, on peut rien te cacher!

 - Attends... Je comprends plus, je croyais que je pourrai tout me cacher?

 - Oublie ma dernière phrase Gis'... Tudo bem? Vas-y assied-toi. Fais-toi apporter une coupette, pépette.

 - Tu as raison, j'ai bien besoin d'un mimosa.

 - Tu sais la France c'est pas que Karl et L.V., c'est aussi un magnifique pays où y'a plein de femmes qui portent la burqa, comme un pied dressé dans une chaussette trouée au bout.

 - Avec un sac à main?

 - C'est pas interdit.

 - Bon bah c'est parfait. Et t'en as parlé à beaucoup de vieilles top?

 - Quelques-unes... Y'a des mecs aussi tu sais, qui font pareil.

 - Enorme! En plus les cliniques sont pas mal il paraît. C'est pas dans ce pays où y'a  un ministre qui dirigeait une clinique de cheveux avant et puis après il avait mis de l'argent à gauche en Suisse ou dans le genre?

 - Ministre... A gauche... Argent... Ouais c'est bien la France ma Bübünd.

 - Leo il m'en avait parlé. Il avait joué le rôle d'un escroc, français, lui aussi.

 - Mais toi ils t'attraperont pas les français, ils sont à la cool à ce niveau-là. Et si tu veux faire bronzette à travers ta burqa, motif grillagé sur la bouille, figure-toi qu'un prince arabe a privatisé une plage française parce qu'il donne du fric à la France. Après la Françafrique, la Françarabique!

 - Je te suis plus là... 

 - T'occupe, ma Gigi. D'autres le font.

 - En tout cas moi je dis vive la France et ses burqas! Au fait, y'en a des sur-mesure, des burqas, tu crois?

 - Mais certainement Gisele. Bon anniversaire et surtout reste comme t'es, change rien, sauf tes seins...  Et ton chauffeur!

Merde, elle a raccroché.

Conversation satirique par Alphée Prisme

 

Commentaires  

#2 PELLIER Dominique 03-08-2015 07:59
Excusez-moi, je n'ai rien compris à ce langage. Quelle langue est-ce ? Pour moi, c'était un charabia incompréhensibl e. Il semblerrai que ce soit ainsi que l'on parle désormais.... PAUVRE FRANCE!!!!!!
Citer
#1 Benoît Legendre 01-08-2015 01:34
Si ca continue, même les fliquettes beurettes vont finir par porter cette satanée burqua floquée "Police nationale des mœurs" ! Quand va t-on se rendre compte que beaucoup de musulmans, même s'ils gardent une mentalité traditionnelle, se désolent de voir leur religion confisquée par des malades ? Et que si l'on veut être respectés et mieux considérés par nos concitoyens musulmans, il faudrait cesser de brailler la laïcité à tout bout de champ, et se tourner vers le respect des choses de Dieu ? Ou dit autrement, pour l'avoir lu quelque part, remettre l'église au centre du village dans la société française...
Ah, oui, cela ne va pas plaire à tout l'monde !
Vive le roi !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan