18 Juin 2015 à 18H30 : Conférence de Jean-Clément Martin " Violence et Révolution " à la Chapelle Expiatoire

Sur le thème " Histoires et Mémoires de la Révolution à la Restauration «, le Centre des Monuments Nationaux organise Jeudi 18 juin à 18H30, à la Chapelle Expiatoire à Paris, une conférence de Jean-Clément Martin, professeur émérite de l'université de Paris : "Violence et Révolution : Hébert l'ambitieux ».

Mais le saviez-vous ! Jacques-René Hébert est inhumé en mars 1794 dans le cimetière de la Madeleine sur lequel s'élève aujourd'hui la chapelle expiatoire. 

Pamphlétaire sans-culotte célèbre pour la virulence de son journal le " Le Père Duchesne ", il est partisan de mesures sociales et politiques radicales qui valent à ses partisans le surnom d"enragé".

Jean-Clément Martin, historien spécialiste de la Vendée révolutionnaire au sein de l'institut d'histoire de la révolution, et spécialiste de la Terreur, retrace le parcours atypique de ce personnage incontournable et méconnu de la Révolution.

Pour lui : " La violence révolutionnaire n'est pas spécifique à cette période, mais qu'elle est d'abord liée à la pratique monarchique et que la Révolution ne fait que les reprendre ".

Et selon le conférencier, l'usage de la violence et de la terreur a " toujours " accompagné la pratique du pouvoir : " Cependant, le XVIIIème siècle tend à remettre en cause ces habitudes sans pour autant totalement les abandonner ".

L'Histoire est avant tout un travail sur le temps, et la chronologie des événements. Jean-Clément Martin repère trois périodes distinctes au sein de la Révolution, toutes trois mues par des logiques différentes, mais chacune hantée par des violences et formes de natures différentes.

Il l'explique dans son livre " La Terreur. part maudite de la Révolution ", collection découverte chez Gallimard, paru en 201O : " La mort de Louis XVI et de Marie-Antoinette, les massacres de Septembre et la guerre de Vendée, la guillotine et les lois de Prairial (Loi du 22 prairial an II : 10 juin 1794, qui accentua la Terreur en procédant à la réorganisation du tribunal révolutionnaire) sont, dans notre mémoire collective, autant d'exemples de la Terreur. Aucun accord n'existe cependant, ni sur sa durée, ni sur son ampleur, ni sur ses auteurs...".

Jacques-René Hébert, né à Alençon le 15 novembre 1757 et guillotiné à Paris le 24 mars 1794 fut, avec Marat et Desmoulins, le plus célèbre journaliste de la Révolution française. D'abord royaliste en 1791, il devient, au moment de la fuite du roi, un " patriote avancé ".

Eric Muth

Tarif : 5,50 euros - gratuit pour les jeunes de moins de 26 ans. Durée de la conférence : une heure suivie d'une dédicace. Renseignements / Réservations : 0142653580

Chapelle expiatoire - 29, rue Pasquier - Paris 8ème. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Important : le nombre de places étant limité, il est prudent de réserver par courriel.

Commentaires  

#1 Benoît Legendre 18-06-2015 22:13
Je ne suis pas assez ferré dans l'Histoire de Paris, mais ce cimetière où reposait les corps suppliciés du roi, de la reine et de tant de victimes de la fureur révolutionnaire a totalement disparu ? Et qu'est devenu le corps du citoyen Hébert ? J'espère qu'il repose tout près d'une église ou une chapelle où la messe est célébrée, je me fais du souci pour le repos de son âme...
Vive le roi !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement