Le mystère de l’A320 et de ses 150 victimes

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, il semblerait – l’enquête n’est pas terminée – que le copilote de Germanwings aurait choisi volontairement de s’écraser dans les Alpes ce mardi 24 mars, entraînant dans ce geste fou 149 autres passagers. C’est ce que révèle la première boîte noire découverte, celle qui enregistre les conversations et bruits dans le cockpit de l'A320. Le procureur de la République de Marseille, particulièrement ému, par ce drame qui affecte 150 personnes (y compris le copilote) a donné lors d'une conférence de presse à la mi-journée ce jeudi toutes les informations dont il disposait :

- « Les échanges entre le commandant de bord et le copilote sont devenus de plus en plus laconiques au fil de l'enregistrement jusqu'à la sortie du commandant de bord du cockpit

- Le copilote a ensuite refusé d'ouvrir la porte de la cabine au commandant de bord

- Le copilote a actionné le bouton commandant la perte d'altitude

- La «volonté de détruire l'avion» par le copilote est une hypothèse probable selon le procureur

- Le copilote était de nationalité allemande et n'est pas répertorié comme terroriste. Âgé de 28 ans, il se nommait Andreas Lubitz

- Les passagers ne se sont rendu compte du crash que «dans les tout derniers moments». Il s'agit d'une situation «de mort instantanée» pour les victimes

- A l’heure où nous rédigeons, rien ne permet de dire qu'il s'agit d'un attentat terroriste

- Il y a eu de nombreux appels en provenance de la tour de contrôle de Marseille durant les 8 derniers minutes ».

Cette thèse du suicide est plus qu’exceptionnelle. Et la poursuite de l’enquête donnera vraisemblablement d’autres détails. Aucun survivant dans ce drame. Parmi les 150 victimes, 72 étaient allemandes, dont 16 élèves et deux enseignants sont morts mardi 24 mars dans le crash de Germanwings. Dans le cadre d'un échange scolaire avec des lycéens espagnols, ces élèves venaient de passer une semaine près de Barcelone avec deux de leurs enseignants. Sur la liste des passagers, il y avait également deux chanteurs de l'opéra de Düsseldorf, Oleg Bryjak et Maria Radner. Ils étaient à Barcelone pour chanter un opéra de Wagner, Siegfried,  rapporte le "Süddeutsche Zeitung". Maria Radner était accompagnée de son mari et de son enfant.

51 espagnols font partie des victimes, ainsi qu’une quinzaine de pays touchés par cette tragédie. "Il y a des nationalités confirmées qui sont aussi l'Argentine, l'Australie, la Belgique, la Colombie, le Danemark, la Grande-Bretagne, Israël, le Japon, le Maroc, le Mexique et les Pays-Bas", a précisé le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. 

Les recherches continuent sur le terrain pour tenter de retrouver les corps dispersés après l'impact du crash. Le processus d'identification des corps a commencé et va se poursuivre aussi longtemps que nécessaire. Les familles ont pu se recueillir dans les chapelles ardentes qui ont été mises en place et les journalistes tenus à l'écart. Les enquêteurs vont procéder à des relevés ADN pour les comparer aux restes humains découverts et tenteront de retrouver la deuxième boîte noire celle qui contient.

Sur les lieux de la catastrophe, où étaient  François Hollande aux côtés d'Angela Merkel et  Mariano Rajoy, plus de 300 gendarmes et une centaine sapeurs-pompiers ont été mobilisés, depuis les départements voisins. Environ 70 hommes du quatrième régiment de Chasseurs alpins de Gap, spécialistes des missions en haute montagne, ont été engagés mercredi matin sur le site du crash de l’A320 allemand, unis aux forces de sécurité, a précisé un officier du SIRPA Terre (Service d'information et de relations publiques de l'armée de Terre). Des psychologues et autres professionnels des catastrophes encadrent les familles et amis des victimes. 

Vexilla Gallia et toute son équipe s’associent naturellement à ce deuil, qui nous bouleverse, nous laisse sans voix  et rappelle que le risque zéro n’existe pas, dans les airs, sur les mers et sur terre, aussi parfaite que soit la technique, l’homme reste au cœur de toutes les opérations. Puisse Dieu accueillir avec amour ces victimes et combler leurs parents et amis de Sa tendresse et d’un grand réconfort. Nous allons prier pour eux…

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement