[Point de vue] Tous réactionnaires ?

Non, je ne veux pas être Charlie… Surtout pas.

Les habitants de la France — pas tous, quand même — se sentent tout à coup solidaires des victimes du dernier fait d'armes de ce 7  janvier 2015. Ils l'avaient été aussi lorsque l'équipe de fouteballe a-nationale avait gagné la coupe du monde… C'est dire. Même solidarité : celle des tripes qui les fait vomir, gargouiller de l'estomac ou se précipiter aux chiottes parce qu'ils ont trop bouffé de foie gras. Ça passera, comme une gastro méritée.

Évidemment, il faut avoir une pensée pour ces victimes : notre foi, notre charité et notre espérance en Dieu nous y obligent. Et, ces victimes, même et surtout parce qu'elles n'ont jamais cessé de moquer notre catholicisme et toutes les religions, sauf peut-être le judaïsme, ont eu droit de ma part à une prière pour faire au mieux, surtout si elles ont pu se convertir dans le temps de la fusillade : court mais pas impossible.

Parmi les victimes, il y en a de plus à plaindre, qui méritent notre compassion parce que l'on va les oublier très rapidement. Pas les cinq dessinateurs-journalistes, pas l'économiste Bernard Maris, pas le fondateur du festival les rendez-vous du carnet de voyage, Michel Renaud, venu négocier une collaboration avec l'heb-domadaire, avec son secrétaire général, Gérard Gaillard, qui a pu, lui, s'abriter dans un angle de tir délaissé ; pas la seule femme tuée par les islamistes, la psy de service bimensuel, Elsa Cayat.

Mais les petits, les sans-grades, ceux qui étaient là, par obligation, ou sur ordre, ou par hasard, sur le chemin des tueurs, soudainement exposés : le correcteur de Charlie Hebdo, tué par les balles de ses frères musulmans, Mustapha Ourrad ; l'agent de maintenance, Frédéric Boisseau sans appartenance à Charlie (encore moins maintenant), le policier du Service de protection des hautes personnalités, Franck Brinsolaro, chargé d'assurer la protection du dessinateur Charb, menacé depuis la publication de caricatures de Mahomet et tué dans la salle de rédaction, sans pouvoir riposter.

L'autre policier en patrouille dehors, Ahmed Merabet, de la brigade VTT du XIe, tué sans avoir dégainé, suppliant en vain — C'est bon chef ! Soumission déjà ? —, bien sûr, son assassin de l'épargner ; les blessés, les choqués (médicalement), les proches qui ont perdu leur père ou leur époux, leur maman peut-être, qui vont devoir vivre avec les rescapés… Ceux-là ont déjà disparu des medias, ils n'ont même pas été évoqué…

Alors, je suis Charlie, vous êtes Charlie ?

Mais ce qui ne passe pas, ce qui ne passera pas, peut-être, c'est l'incompétence, l'inconséquence, l'immense irresponsabilité qui caractérisent, visiblement désormais, les zélus du premier au dernier, tous les partis républicains, les medias, toutes les institutions, y compris l'Église qui est en France — sonner le glas pour des iconoclastes alors que l'on accepte de ne plus faire sonner ordinairement les cloches par crainte de déranger, de rappeler chaque jour, chaque heure la présence, parmi nous, de notre Dieu !

Incompétence, inconséquence, irresponsabilité du président et des ex-présidents, des ministres de tous bords, des parlementaires, des journalistes de toutes obédiences qui nous trompent sur leur zèle prétendu à nous rassembler, à vouloir nous unir contre ce qu'ils ont protégé, promu et encouragé, pour se défausser sur l'émotion suscitée par l'événement, quel qu'il soit. Soit disant parce qu'il n'est pas acceptable alors qu'ils font tout pour qu'il se produise…

Cessons d'être réactionnaires sur les effets, les conséquences, les drames engendrés. Réveillons-nous, s'il se peut encore ; s'il n'est pas déjà trop tard pour contrecarrer cette République rendue déliquescente par l'oligarchie au pouvoir.

Non, je ne veux pas être Charlie !

Gérard de Villèle

Commentaires  

#14 Fabricemont 18-01-2015 22:34
...il y a de toute évidence une limite à la liberté d'expression n'est-ce pas?
N éludons pas la vraie question qui est encore une fois tragiquement posée: la liberté me donne telle tous les droits? Si oui, il y a certainement un prix à payer. Les faits le prouve. Il semble plus logique, et notre vie de tous les jours le prouve à chaque instant ...que nous acceptions volontiers de limiter notre liberté pour garantir cette même liberté... Et, comme par magie ou pur infantilisme, l'expression serait le seul domaine où une juste régulation de la liberté serait exclue! La liberté d'expression est une liberté comme une autre. Elle ne doit se prévaloir d'aucun passe droit sous peine de se voir durement rappelée à l'ordre. La nature adore l'ordre...et l'homme le désordre.
Vive le Roi.
Citer
#13 xavier 12-01-2015 17:21
Bonjour Monsieur de Villèle,
Votre discours me convient très bien, vous avez vu juste. Le côté "Charlie" vu par certains ne me choque nullement et ne porte ombrage en aucun cas au Lien Légitimiste dont vous êtes le rédacteur en chef. Encore bravo ! et Vive le Roi.
Citer
#12 xavier 11-01-2015 21:40
Bonsoir Monsieur de Villèle,

Je constate qu'il existe encore au moins un royaliste en jabot qui aimerait croiser le fer avec vous en vous jetant le gant au visage. Tout n'est pas perdu !
Au contraire votre article vous honore et "le champ lexical grossier de votre premier paragraphe" me sied parfaitement.
Vous ne discréditez nullement le Roi par des "errements de posture", mais ce que je constate, c'est que si vous êtes parfois un peu Charlie, il existe aussi des Charlots.

Je ne suis pas CHARLIE.
Vive le Roi
Citer
#11 Gérard de Villèle 10-01-2015 20:59
A Dofiar et surtout à Renaud (serv du Roi).
Désolé de vous avoir choqué (non médicalement s'entend) mais je ne reviendrai sur aucun mot de mon propos. Et n'en regrette aucun. A la relecture, je me trouve singulièrement modéré. Je rajouterai simplement un avis autorisé pour les défenseurs de la liberté d'expression et ceux qui veulent s'identifier à Charlie, aux policiers ou aux juifs. Il émane d'un confrère des dessinateurs tués par d'affreux jojos dont on ne saura rien de plus puisque, eux aussi, ont été abattus par des balles officielles. Pour ceux qui connaissent, il s'agit de Willem. Qui dans un article dans un journal belge « s'exprime » ici : http://focus.levif.be/culture/livres-bd/willem-nous-vomissons-sur-ceux-qui-subitement-disent-etre-nos-amis/article-normal-360743.html
Le titre est bien du Charlie : Nous vomissons sur ceux qui, subitement, disent être nos amis.
Ce qui est pour mes dédicataires le cas. Bon nettoyage.
Gérard de Villèle, responsable du Lien légitimisme.
Citer
#10 jean-yves Pons 10-01-2015 11:45
Où l'on voit que le royalisme est tout mais n'est pas monolithique !
Que Charlie Hebdo ait été parfois (mais pas toujours) le crayon d'une impertinence très et bien française, ne fait de doute pour personne.
Qu'il l'ait exprimée souvent de façon stupide, provocante, vulgaire ou insultante (pour reprendre les mots de La Lande) ne fait pas plus de doute.
Qu'il n'ait exclusivement puisé son inspiration que dans la pensée mortifère de Voltaire, dans son obsession de vouloir "écraser l'infâme", est une évidence.
Mais il suffisait de ne pas le lire, ce qui lui donnait toute la force spirituelle…d'u n pet sur une toile cirée.
En revanche, vouloir sa mort c'est vouloir tuer la France dans toute sa diversité, depuis l'aube des temps. Et si nous ne sommes pas Charlie, il est temps, aujourd'hui, que nous soyons tous "Charlie…Martel".
Quant à la mystification opérée par l'oligarchie médiatico-polit ique au pouvoir dans l'organisation de sa "Marche républicaine" de dimanche (alors qu'elle porte l'entière responsabilité des tragiques évènements que nous vivons et vivrons encore), n'en retenez que ce qu'elle est :
LA "SHAME PRIDE" 2015 !
Citer
#9 Dofiar 09-01-2015 23:56
Bonjour Gérard,

Je comprends que l’on puisse dire « Je ne suis pas Charlie » en raison des insultes que ce journal satirique a envoyées à toutes les religions, et que l’on recevait comme un poignard dans le cœur, mais je suis trop attachée à la liberté d’expression, à la liberté de la presse, à la liberté de pensée, pour nier ces droits à ceux qui ne croient pas en Dieu. Aujourd’hui, maintenant qu’elles sont au Ciel, toutes les victimes athées de « Charlie Hebdo » sont bien obligées de reconnaître leurs erreurs puisqu’elles sont en présence de Dieu. Aussi ai-je le point de vue de Cheuzeville : le droit à l’impertinence, si caractéristique ment Gaulois. J’ai donc créé une image, ce soir, où j’ai mis, après la tuerie de cette épicerie casher « Je suis Charlie Je suis policier Je suis juif ».

Amitiés royalistes,
Dofiar
Citer
#8 Cheuzeville 09-01-2015 19:23
Messieurs,
Dans cette affaire, je pense qu'un élément vous a échappé. La France a certes une identité chrétienne, que nous nous honorons à mettre en valeur et à défendre. Mais il existe d'autres aspects de l'identité de la France. Parmi eux je citerais la liberté d'expression et d'insolence, la dérision et la caricatures. Ces aspects culturels de notre identité ont toujours existé. Ils existaient sous l'Ancien Régime, sous la forme de chansons, de pamphlets et de pièces de théâtre. Ils ont perduré sous l'Empire et sous la République. Certaines manifestations de cette impertinence bien française dérangèrent nos ancêtres, et ils nous dérangent parfois aujourd'hui. Charlie Hebdo est un exemple de cette impertinence. La France, pour demeurer ce qu'elle est, a besoin de cette impertinence. L'éliminer, c'est éliminer une composante importante de notre culture. Je n'ai jamais acheté Charlie Hebdo, mais je suis attaché au droit d'exister de ce genre de presse. Ce qui est important dans cette affaire, c'est de réaliser que la France a un ennemi, un ennemi résolu qui souhaite détruire ce pays et ses valeurs. Il ne faut donc pas s'en prendre, comme vous le faites, aux victimes de cet ennemi, car en faisant cela, vous faites le jeu de l'ennemi. C'est dans cette logique que je suis allé manifester dans les rues de Bastia, mercredi et jeudi soir, et que j'ai moi aussi affirmé publiquement mon esprit de résistance en disant: "Je suis Charlie"!
Citer
#7 de la lande 09-01-2015 19:20
Les terroristes du dessin en bureau caché derrière leur journal ont rencontré les terroristes armés de terrain caché derrière leur cagoule, c'est les risques de leur provocation, ils l'ont cherché, ils étaient nuls, vulgaires, insultants, provocateurs, tristes à mourir, idiots, gauchos à l’extrême, sans aucun état d'âme et ils ont rencontrés leurs copie conforme de terrain et armés avec des kalachnikov et non des crayons et aussi imbéciles qu'eux, ils ont évidement perdus! La bêtise de la dernière une du petit charlo (10 000 exemplaires subventionné à mort par l"état) "toujours pas d'attentat" est explicite de la bêtise de ces tristes sires!Nous ne les regretterons pas!!!

Paix à leurs âmes et prières pour les familles de ces victimes, en espérant qu'ils aient pu demander pardon dans leur âme avant de mourir.

Espérons que ce torchon va rapidement disparître!
Citer
#6 catelfulgens 09-01-2015 18:57
NON JE NE SUIS PAS ET NE SERAIT JAMAIS charlie!!!! CE journal immonde interdit dans les caserne jusquà l'arrivée au pouvoir de Mitterrand! Ce journal imbécile, idiot, sans aucun humour, graveleux, provocateur ,d’extrême gauche, insultant, écrit par des échappés de 68, adolescents perpétuels et imature avec une cervelle de moineau, emblème de la répoublique!

prions pour les familles et les âmes des victimes et vomissons ce torchon qui se prétend journal S'ils étaient encore en vie et si ce drame était arrivé dans une église ou au Vatican ces journalistes auraient fait un journal odieux sur l'événement...e n se moquant de tout sous le faut prétexte de la liberté de la presse alors qu'il s'agit de méchanceté et de haine insultante... mais nous nous n'agirons pas comme eux et nous respectons leur mort sans les insulter par un dessin odieux! Requiescat in pace.
Citer
#5 AudeLys 09-01-2015 16:47
Alors là, chapeau ! Cela ne pouvait être plus explicite. Et hier, qu'elle na pas été ma vive réaction en entendant sonner Notre Dame de Paris pour ceux qui lui ont craché dessus pendant tant d'années. Sonner pour ces iconoclastes (comme vous dites) franc-maçons qui prenaient un malin plaisir à nous insulter à la première occasion.
Effectivement, je ne comprends pas que tant de Français aient voulu être Charlie.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement