L'équipe d'Hollande fait retirer le portrait de l’abbé Pierre…

La gauche socialiste au pouvoir s’enfonce de plus en plus dans un délire laïciste, patent et outrancier depuis qu’elle est arrivée au pouvoir. Dernière frasque en date et dont les médias se sont relativement peu faits l’écho : l’équipe du Président de la République aurait fait retirer, lors de la visite par le chef de l’Etat des locaux de l’association Emmaüs, le portrait de l’abbé Pierre, pourtant fondateur de l’organisation caritative. Ceci au nom du principe de « laïcité » dont les implications et la portée semblent de plus en plus confuses.

L’information, confirmée par RTL, n’a suscité que l’émoi du Cardinal Monseigneur Vingt-Trois et d’une petite partie de la droite française.  De fait, elle semblerait purement anodine si elle ne s’inscrivait pas dans un mouvement plus global de christianophobie, latente ou parente, que les autorités républicaines encouragent sciemment et méticuleusement.

Erwan Le Noan s’interroge également, sur Atlantico, du deux-poids-deux-mesures dont fait preuve l’Etat français depuis quelques mois entre le catholicisme, faisant l’objet d’une hostilité systématique (pointant, entre autres, les sorties de Cécile Duflot), et l’Islam qui bénéficie d’une complaisance déconcertante, même dans ses aspects les plus extrémistes.

On pourra ajouter à cette analyse un exemple très récent dans le fait que l’Elysée n’a publié aucun communiqué pour Noël alors qu’il l’avait fait pour la fête musulmane de l’Aïd-el-Fitr. Différence de traitement qui, là encore, n'a provoqué qu'une indignation limitée à une petite fraction de la classe politique.

Mais cette iniquité ne date pas d’hier : lorsque la « droite » républicaine était elle-même au pouvoir, les actes de vandalisme ou d'agression touchant les religions juives et musulmanes faisaient inconditionnellement l’objet d’une émotion bien justifiée. En revanche, le silence autour des profanations christianophobes, pourtant bien plus nombreuses, était assourdissant.

De là à dire, qu’en République, les Chrétiens sont aujourd’hui des étrangers dans un pays qu’ils ont eux-mêmes construits, il n’y aurait qu’un petit pas à commettre…

Stéphane Piolenc

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement