Espagne: Mgr Reig Pla, accusé d'homophobie par un collectif gay !

 
Ne partageant pas les valeurs de la société actuelle, des partis politiques et lobbies gay espagnols ont engagé une action pénale contre le prélat pour délit de provocation à la discrimination.
L'évêque d'Alcala de Henares, Mgr Reig Pla avait en effet exposé publiquement, à l'occasion des offices du vendredi Saint, dans une homélie diffusée par la télévision, la doctrine catholique sur l'homosexualité et l'avortement.

LA VERITE N'EST PAS UN CRIME

Sous prétexte de tolérance une accusation est toujours facile à fabriquer. L'évêque n'a fait que son devoir d'homme d'Eglise face à la décadence morale actuelle. "Tu es fils de Dieu, tu as été créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, tu as été créé en tant qu'homme et en tant que femme. C'est une chose qui est aujourd'hui obscurcie en Espagne. Tant de lois l'ont oublié, tant de lois en Espagne, récemment approuvées (...) oublient la différence sexuelle Homme-Femme".

Et quelques autres choses sur le respect de la vie depuis sa conception jusqu'à sa fin naturelle, le non respect de la "différenciation sexuelle", à travers la "mal nommée transsexualité". Le voici accusé de "diffuser des discours homophobes comme s'ils étaient neutres. C'est une atteinte aux droits de l'Homme". Son discours représente un "danger pour la vie" des LGB, fomentant "la haine, l'agression et même l'assassinat". La diffusion par la télévision publique était sûrement une circonstance aggravante : aurait-elle dû assortir l'émission d'une mise en garde ?

Mais le premier avis n'aura pas suffit à faire taire le prélat : "les homosexuels pensent depuis l'enfance qu'ils sont attirés vers des personnes de même sexe et, parfois pour en faire l'expérience, ils se corrompent, se prostituent ou vont dans des clubs nocturnes réservés aux hommes. Je puis vous assurer qu'ils y trouvent l'enfer".
 
Le juge d'instruction a finalement considéré, avant de classer l'affaire, que les termes de l'Evêque "ne contiennent aucune incitation à la haine, à la discrimination ou à la violence contre les homosexuels". Mais les associations homosexuelles reviennent à la charge...
 
Eric Muth

Commentaires  

#2 Benoît LEGENDRE 19-08-2014 16:34
Dans cette lamentable et exemplaire affaire, il convient de rappeler que les accusateurs ne représentant qu'eux- mêmes, et nullement la majorité de ceux qu'ils prétendent représenter ! Ce sont des ultra-minoritai res qui confisquent la voix des homosexuels, et qui décrètent, décident, ordonnent, jugent et condamnent dans un état d'esprit absolument intolérant, irrespectueux, irresponsable et par dessus tout sans aucun scrupule...
Et tant qu'on leur laissera le champ libre, ils continueront leur détestable travail de sape, compliquant singulièrement la vie de ceux qu'ils prétendent défendre !
Ce sont les homos qui doivent réagir en premier lieu, en proclamant haut et fort qu'ils ne se sentent pas du tout représentés et défendus par les "illuminés" de la lutte prétendue anti-homophobe. .. Et puis j'ai envie de demander : c'est quoi, l'homophobie ?
Vive le roi !
Citer
#1 PELLIER Dominique 19-08-2014 07:54
Même en Espagne, on n'a plus le droit de rien dire!!!!Les homosexuels, sans haine de ma part, savent-ils qu'ils commettent une abomination aux yeux de Dieu, s'ils lisent tant soit peu la Bible ? Si ce n'est pas à nos prêtres de les en avertir, à qui donc ? Monseigneur Pla n'a pas de haine envers eux.Comme beaucoup de Chrétiens de toute tendance, il aime les personne, non l'homosexualité . C'est hautement différent.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement