Le pape François, les migrants et les émirs

Si le pape François continue d’interpeller le monde entier sur l’aggravation du problème de l’immigration et sur celui de ces centaines de migrants, qui arrivent sur l’ile de Lampedusa,  à l’état de cadavres, après avoir connu des conditions effroyables en essayant de fuir leur pays de misère, deux questions au moins se posent :

- pourquoi ces naufragés ne choisissent-ils pas d'émigrer vers les très riches pays pétroliers, musulmans de surcroit, pour qui théoriquement la charité est l’un des cinq piliers de l'Islam ?

- pourquoi les hauts responsables du Croissant rouge (équivalent de notre Croix rouge) ne lancent-ils pas un appel à tous les Africains afin que ceux-ci participent au soulagement de leurs concitoyens ?

Comment ne pas avoir le cœur déchiré en apprenant que les passeurs établissent trois tarifs pour ceux qu’ils transportent illégalement : ceux qui paient le prix fort sont au plus haut de l’embarcation, les autres au milieu et les plus pauvres en fond de cale, comme autrefois les galériens, avec peu de chance de parvenir vivant à destination. Ces trafiquants d’hommes ne peuvent certes être pendus haut et court (dommage !) mais si on pouvait les identifier – ce qui me parait plus que possible au même titre que ça l’est pour les trafiquants d’armes et de drogue, ne pourrait-on appliquer des sanctions impitoyables qui feraient réfléchir les autres passeurs, de plus en plus nombreux à exercer leur sordide, fructueux et mortel trafic sur ce marché de la misère et de l’esclavagisme ?

Certains de ces immigrants ont fait des études, d’autres ont des capacités réelles pour travailler manuellement, et s’ils quittent leur pays parce qu’ils ne trouvent pas les moyens de faire vivre leur famille, sommairement certes, mais décemment, pourquoi sont-ils obligés de se déraciner, d’abandonner leur famille, leurs amis dans le but de pouvoir leur envoyer de l’argent ? Par ailleurs, leurs pays d’origine perdent la richesse du savoir de ces désespérés !

Les dirigeants du Qatar, du Nigeria ou de l'Arabie Saoudite ne savent-ils rien faire d’autre qu’investir dans le luxe, rien que le luxe et toujours le luxe, dans le domaine hôtelier et autres secteurs aussi inattendus que « des patinoires dans le désert ». Ces milliardaires musulmans n’ont-ils donc qu’une montagne de pierres (précieuses évidemment) dans leur cœur et ne sont-ils pas capables d’investir en Afrique industriellement et  touristiquement ? Ne sont-ils pas par l’Islam soumis à des règles de fraternité ? 

Je veux croire que le pape François - en dehors de ses appels au secours - a mis ses plus éminents diplomates sur des voies de négociation avec les riches émirs pour venir en aide à ces immigrés et que s’il n’en parle pas, sans doute attend-il pour obtenir des résultats ? Sans que l’on osât parler d’ingérence ! Il nous émeut certes avec ses discours, mais nous, nous sommes déjà tellement sollicités pour répondre aux urgences humanitaires et sociétales de notre pays que nous ne pouvons nous dépouiller plus que nous le  faisons sans nous mettre nous-mêmes en danger.

Le pape François vient de déclarer voici peu  : 

"Notre cœur a du mal à supporter la mort de nos frères et sœurs qui affrontent des voyages exténuants pour fuir les drames, la pauvreté, les guerres, les conflits, souvent liés aux politiques internationales » -  "Je me rends une fois de plus (...) en mer Méditerranée pour pleurer avec ceux qui éprouvent de la douleur et pour jeter des fleurs pour les femmes, les hommes et les enfants victimes d'un drame qui semble ne pas avoir de fin".

Les émirs entendent-ils ces appels ?

L’Italie a obtenu un soutien renforcé de la part de Frontex*, l'agence de surveillance des frontières européennes, ainsi que des aides supplémentaires pour gérer l'afflux de migrants. Elle n’a pas encore réussi à mobiliser les pays européens, principalement ceux du Nord de l’Europe, pour apporter un vrai soutien d’accueil à ces immigrés. Et elle a certainement songé à interpeller les émirats. Rien qu’une supposition, pour laquelle d’ailleurs, je n’ai aucun élément !

Je ne crois pas me tromper en affirmant que depuis que j’ai terminé mes études (ce qui remonte tout de même à quelques décennies), j’entends toujours parler de cette misère africaine et de l’impossibilité de l’enrayer.

Ce n’est pas seulement l’Europe qu’il faut interpeller, mais l’Afrique ! Il faut donner à celle-ci les moyens de garder ses hommes, ses femmes et ses enfants pour son avenir. Il n’est pas possible de continuer à connaître ces drames et à ne pas sensibiliser ceux qui pourraient agir. Lampedusa ne pourra continuer à accueillir malgré l’extrême générosité de ses habitants les immigrants.

Quand le pape François parle d’une « logique de l'hospitalité et du partage afin de protéger et de promouvoir la dignité de chaque être humain », qu’il ne s’adresse pas seulement aux chrétiens, mais également aux riches musulmans ! Alors le problème de l'immigration disparaitra progressivement, le monde retrouvera une certaine humanité et l’Afrique renaitra…

Solange Strimon

* « Frontex est l'agence européenne pour la surveillance des frontières extérieures de l'Union. Cette institution peu connue a ses locaux à Varsovie (Pologne). Sa mission: coordonner les opérations de contrôle de l'immigration avec les États membres, chacun restant toutefois responsable de la partie de frontière qui se trouve sur son propre territoire. Frontex est à la fois un embryon de police aux frontières fédérales,  et dans le même temps, l'organisation tenue de porter secours aux migrants qui embarquent, jour après jour, dans des boat people au péril de leur vie pour rejoindre l'Europe. Elle a déjà contribué à sauver 16.000 migrants depuis sa création en 2005. Paradoxe : le budget de Frontex a diminué de 115 millions d'euros en 2011 à 89 millions d'euros aujourd'hui ».  Alors que nous assistons à une explosion des flux migratoires aux portes de l'Union, notamment avec la crise syrienne. Comprenne qui peut…

Commentaires  

#3 moussu 13-07-2014 07:31
Bravo Solange pour cet article si plein de bon sens. Des solutions qui viennent à tous les hommes et femmes sensées et qui savent réfléchir.
Quel monde désorienté où le luxe côtoie la misère sans vergogne. Quand à ces émirs, ils feraient bien de réapprendre le coran et ses enseignements
Citer
#2 Benoît LEGENDRE 12-07-2014 20:57
Bien parlé, Madame ! L'indifférence, pour ne pas dire le mépris de ces richissimes états-princiers musulmans, est une insulte à l'élémentaire charité, vertu qui semble n'être pratiquée de nos jours que par des pays chrétiens ou de civilisation judéo-chrétienn e... Le "zakat", obligation pour tout musulman de donner une aumône aux plus pauvres, ne devrait-elle pas être donnée sans distinction de race, de religion ou de nationalité, comme nous occidentaux chrétiens le faisons depuis longtemps ?
Vive le roi !
Citer
#1 PELLIER Dominique 11-07-2014 08:49
Non, bien évidemment, les émirs sont sourds, mais sourds à n'importe quel appel de quiconque en faveur de ces réfugiés qui n'auraient pas mieux demandé que du travail chez eux (les émirs), avec un toit, de quoi manger.
Il existe des riches qui sont humains, que Dieu pardonne à ceux-là qui ne le sont pas !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement