Il y a 712 ans, l'erreur du Roi

Le 11 février 1302, Philippe IV, Roi de France, fait brûler la bulle pontificale rappelant la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel. Son auteur, le pape Boniface VIII, s'engouffre dans la brèche laissée par des différends fiscaux sur les biens ecclésiastiques du royaume pour proclamer une vérité : si l'on rend à César ce qui est à César, Dieu et son Église gardent la prééminence.

C'est en effet le Roi qui est lieutenant du Christ et non l'inverse. Philippe a été infidèle aux promesses de son sacre en faisant preuve d'une attitude insoumise et orgueilleuse. Il est allé jusqu'à faire gifler le Saint-Père à Anagni (résidence d'été des papes, ancêtre de Castelgandolfo) par l'un de ses hommes, Sciarra Colonna. Rappelons que l'atteinte physique à la personne du pape est, toujours aujourd'hui, l'un des sept motifs d'excommunication.

Le châtiment tombera vite : la guerre de Cent ans marquera la France pour des siècles non encore révolus. La glorieuse et multiséculaire lignée capétienne directe s'éteint, pour laisser la Couronne aux cousins. Et les états généraux, convoqués par le Roi pour faire justifier son attitude, augureront les événements désastreux de la fin du XVIIIème siècle.

Sans abaisser les causes de la révolution au comportement d'un Roi, n'oublions pas que l'infidélité de la France à Dieu est la raison certaine de son déclin. La réconciliation, accompagnée de larmes de pénitence, est le seul chemin de salut.

Julien Ferréol

Commentaires  

#5 Benoît LEGENDRE 22-02-2014 20:17
Certainement influencé par le regretté Maurice Druon, j'estime que le Roi Philippe le Bel a eu raison d'affirmer la prééminence de son pouvoir temporel : le roi est empereur en son royaume ! De plus, la papauté pendant plusieurs siècles n'a montré qu'un visage fort peu évangélique, la Réforme initiée par Luther n'en est que plus logique, même si je regrette que l'unité de l'Eglise ait été ainsi abîmée...
Citer
#4 Cheuzeville Hervé 20-02-2014 16:23
D'accord avec Lorenz. Je rajouterai aussi que Boniface VIII fut loin d'être un saint homme. Je citerais par exemple la manière dont il est devenu pape, en poussant Célestin V (qui, lui, était un saint homme) à abdiquer et, une fois élu, en le faisant emprisonner (même la mort Célestin fut très suspecte). Quant à Philippe le Bel, ce fut un grand souverain, certes, mais qui avait, lui aussi, son côté sombre: son attitude envers les Templiers et avec les Juifs, par exemple!
Citer
#3 Pellier Dominique 19-02-2014 09:11
Puisse, en effet, le Roi Louis XX, réconcilier la France avec Dieu. Le roi de FRANCE n'est-Il pas oint lors de son sacre ? Espérons que ce roi se conduise et soit un vria chrétien car la France et lui-m^me ont bien besoin de l'aide divine!
Citer
#2 Lorenz 18-02-2014 19:42
Il faut arrêter de colporter de telles inepties. La recherche historique sur l'attentat d'Anagni est très avancée et 1) Philippe le Bel n'a fait gifler personne, et certainement pas le Pape, 2) Nogaret a protégé Boniface VIII de la violence de Sciarra Colonna. Le roi Philippe a été très dur avec le pape Boniface et sans doute aurait-il pu être plus diplomate mais Boniface VIII vieillissant dépassait les bornes, ce n'était plus l'homme qui avait canonisé Louis IX. Cet article n'est guère historique, il est regrettable qu'il se soit livré à de tels raccourcis s'agissant de l'un de nos plus brillants souverains. D'ailleurs, l'origine du conflit était bien temporelle : des différends fiscaux !
Citer
#1 LAUGIER Sylvie 18-02-2014 18:44
Je suis absolument d'accord avec vous. D'ailleurs on en voit le résultat aujourd'hui. Seul un Roi très chrétien peut nous sauver. Et ce Roi, c'est Louis XX.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan