Jeûner pour la France : pourquoi pas ?

« Il est des démons qui ne se chassent que par le jeûne » Mt XVII, 20.

Cette parole de Notre-Seigneur doit nous porter dans l'espérance de la renaissance de la France. Notre combat pour la chrétienté, la monarchie, la vie et la famille doit être porté par des piliers spirituels, au risque de devenir un militantisme sec et stérile.

Pour ceux qui ne connaissent pas les trésors spirituels de l’Église Catholique, c'est l'occasion de découvrir une arme de sanctification massive, non-violente et riche en fruits à venir.

Le jeûne, c'est le refus de la satiété, du bien-être absolu, c'est la libération de l'homme de l'esclavage de la chair. Dieu a voulu que ce jeûne soit récompensé par des grâces spirituelles et temporelles, mais aussi par des bienfaits corporels non négligeables.

Il ne s'agit pas d'imiter les musulmans ou de réécrire le Lévitique en érigeant un code du jeûne rigide et strict. Il s'agit de renoncer à ce qui fait notre plaisir temporel et qui pourrait cependant être légitime, tout en restant cohérents avec notre devoir d'état. Dieu ne demande pas au soldat de se priver de nourriture, mais il peut vous demander votre dessert ou tel ou tel petit plaisir. Laissons-nous guider par quelques phrases de Notre-Seigneur Jésus-Christ, avant de lire l'appel de Monseigneur Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes et parrain de l'opération.

« Si vous ne faites pas pénitence, vous périrez tous ». Lc XIII, 5

« Le sabbat est fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat » Mc II, 28

 « Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » Mt VI, 16-18

L'appel de Monseigneur Brouwet : ici

Cette excellente initiative est aussi l'occasion de se confesser et de communier, pour unir les deux armes que Dieu nous donne pour le combat : la prière et le jeûne.

Julien Ferréol

Commentaires  

#1 Pellier Dominique 14-02-2014 11:01
Il y a des églises protestantes, évangéliques, donc de ma tendance, qui prient pour notre chère patrie.Jeûner, prier et prier encore que Dieu sauve laFRANCE
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan