La chapelle Saint-Vincent-de-Paul d’Ozanam vandalisée

Difficile de garder la tête froide devant les nombreux actes de vandalisme perpétrés de plus en plus fréquemment dans nos chapelles. Mais assurons aux scélérats coupables de ces actes scandaleux des punitions exemplaires. Trop c’est trop !

L’information qui suit a été relevée dans le Midi Libre du mardi 26 novembre et pour l’heure, l’enquête commence. Les faits condamnés unanimement par les représentants des pouvoirs publics et des autorités religieuses concernent la destruction par le feu au cœur de la sacristie d’objets liturgiques, de livres, de vêtements, du calice ou de la croix. Un incendie criminel s’est en effet  déclaré vers 3 h du matin dans la nuit de dimanche à lundi dans la chapelle Saint-Vincent-de-Paul, dans le quartier  «sensible» d’Ozanam. Les auteurs se sont-ils rendus coupables de ces actes en prévision de ternir les fêtes de l’Avent, de la venue du Christ sur terre ? Auquel cas ils se trompent, rien ne peut éteindre le feu de la foi des chrétiens, mais plutôt renforcer cet amour de Dieu !

Pour le député-maire Jean-Claude Pérez de Carcassonne, qui condamne fortement ce geste pour sa portée symbolique épouvantable, il faudra célébrer une messe de réconciliation pour indiquer à tous que les lieux de culte sont sacrés. Bien entendu, une messe de réparation est envisagée, présidée par un évêque. Le droit canon stipule que cette messe n’est pas publique et n’a lieu qu’en présence de quelques personnes. L’endroit est fermé tant qu’il n’a pas été purifié. Mais dans le cas d’un bâtiment religieux sinistré, privé d’électricité, il faudra peut-être envisager une autre solution.

Si tous sont unanimes pour dénoncer ces actes scandaleux et intolérables, notamment le vicaire général Luc Caraguel et le sous-préfet de Limoux Sébastien Lanoye, ne vous attendez pas à ce que la presse nationale en fasse l’écho et que les coupables, une fois retrouvés, et ayant avoué leurs forfaits,  passent aux informations du soir !

La justice, le pouvoir d’achat, la santé, l’éducation, etc.  sont à double vitesse. C’est devenu le propre de notre pays passé sous la dictature socialiste. Mais les révélations de l'écrivain Aymeric Patricot, 39 ans, qui vient de consacrer aux « Petits blancs » un livre édité aux éditions Plein Jour a toutes les chances d’influencer ces Français qui s’estiment déclassés, pour les prochaines élections. Au fait, savez-vous ce qu’est un petit blanc ? C’est "Un Blanc pauvre prenant conscience de sa couleur dans un contexte de métissage et se découvrant aussi misérable que les minorités tenues pour être, a priori, moins bien traitées que lui."

Alors attendons les résultats de l’enquête qui révélera si les malfrats de la chapelle Saint-Vincent-de-Paul d’Ozanam font partie ou non de ces Petits Blancs !

Solange Strimon

Photo : Le vicaire général Luc Caraguel et le député-maire Jean-Claude Pérez devant les décombres des objets liturgiques

Commentaires  

#2 LAUGIER Sylvie 01-12-2013 08:48
Vivenment que Notre Roi Louis XX arrive, pour remettre de l'ordre et sauve nos églises.
Citer
#1 Vallet-Sandre 30-11-2013 14:53
Prions pour que le bon Dieu nous envoie son Lieutenant Louis XX pour sauver la France
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement