Après les journalistes, on s’attaque aux prêtres !

Ça vient de se passer dans la nuit de mercredi à jeudi dans une zone à risque du nord du Cameroun proche de la frontière avec le Nigéria. Le père Georges Vandenbeusch, curé de la paroisse de Nguetchewe, se trouvait près de Koza dans l'Extrême-Nord du Cameroun, à 30 kilomètres de la frontière avec le Nigeria.

Le père Georges Vandenbeusch, âgé de 42 ans, appartient à la paroisse de Sceaux. Il avait fondé une maison pour les réfugiés chrétiens qui fuyaient Boko Haram. Il savait que la zone était formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d'enlèvement. Le prêtre avait choisi de demeurer dans sa paroisse pour poursuivre sa mission.

François Hollande vient d’annoncer que des recherches étaient en cours pour vérifier les circonstances de son enlèvement et l'identité des ravisseurs. Nous ne doutons pas un seul instant que tout sera mis en œuvre pour libérer ce prêtre en lien avec les autorités camerounaises.

Le père Georges avait été envoyé sur place par le diocèse de Nanterre en septembre 2012. Les ravisseurs armés, au nombre de dix à vingt, qui parlaient anglais et haoussa, cherchaient de l’argent dans la paroisse de Nguetchewe. L’alerte a été donnée rapidement auprès de l’attaché de défense de l’ambassade de France.

Les secours militaires sont malheureusement arrivés trop tard pour éviter l’enlèvement. Un témoin qui a assisté à la scène raconte : « Un jeune homme a vu des hommes armés emmener le père pieds nus, traverser le village et partir à moto vers une direction que l’on ne connaît pas. D’après les témoignages, des gens ont entendu des cris de joie. Selon un chef de village, il y a des motos qui sont passées et dès que les motards ont traversé la frontière, ils ont jubilé. Ce sont donc probablement eux qui ont emmené le père au Nigeria ».

A l’heure où nous mettons sous presse, nous ne disposons d’aucun élément pour affirmer qu’il s’agit ou non de la piste Boko Haram. Il se pourrait aussi que ce soit des bandits de grand chemin en quête d’argent. Aucune revendication officielle. Des veillées de prières sont en train de s’organiser pour assister le père Georges Vandenbeusch dans son épreuve. Prions nous aussi pour un rapide dénouement…

Solange Strimon


Commentaires  

#5 ARMENANTE 16-11-2013 13:21
You never know at which point you are strong, so far or strong being remains the only option.
God bless Georges Vandenbeusch !
Citer
#4 Grasser Viviane 16-11-2013 10:36
Hélas, c'est le seul moyen, ô combien méprisable que ces moujahidines ont trouvé pour se faire de l'argent, le rapt, c'est ignoble et tout cela au nom de Dieu, mais c'est du blasphème, rien que du blasphème.
Moi aussi, je prie pour ce prêtre et sa très proche libération.
Citer
#3 Solange Strimon 15-11-2013 20:20
En complément à cet article, je souhaite vous apporter cette information qui nous vient d’une source au sein du groupe Boka Haram : « le prêtre français est aux mains des moujahidines de Jama'atu Ahlis Sunna Lidda'awati wal-Jihad (le nom arabe de Boko Haram), qui a mené l'opération en coordination avec Ansaru". Merci de prier pour lui.
Citer
#2 Audelys 15-11-2013 12:36
" Il savait que la zone était formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d'enlèvement. Le prêtre avait choisi de demeurer dans sa paroisse pour poursuivre sa mission".
Pour avoir un peu vécu en Afrique et rencontré prêtres et soeurs, ils m'ont toujours dit que quelle que soit la situation, ils ne renonceraient jamais à leur mission et n'abandonneraie nt jamais les personnes pour lesquelles elles se dévouent. C'est une constante.
Citer
#1 LAUGIER Sylvie 15-11-2013 06:16
Je prierai pour ce prêtre. Qu'il soit très vite libéré et que ces ravisseurs soient sévèrement punis.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan