[Point de vue] : Christine Boutin : ne jugez pas…

… Pour ne pas être jugé vous-même !

Christine Boutin, qui s’était fait remarquer à l’Assemblée en 1998, à propos du débat sur le PACS (une vieille histoire, n’est-ce pas, dont beaucoup se souviennent), tire sa révérence. À 73 ans, celle qui avait été candidate à la Présidentielle, vient de décider qu’elle se retirait de la vie politique, laissant loin derrière elle son mandat de conseillère départementale des Yvelines.

Elle se sera battue pendant 40 ans pour faire entendre sa voix sur des sujets qui ne sont plus de notre temps. 40 ans, une vie, le meilleur de sa vie, passé à défendre plus ou moins adroitement ses idées. La société a évolué et la fondatrice du Parti chrétien-démocrate n’a pas voulu lui emboiter le pas.

Au nom de la liberté de pensées et de paroles, Christine Boutin menait un combat que tout le monde savait perdu d’avance (elle aussi d’ailleurs)  mais il fallait bien une voix pour être à contre-courant et défendre une cause, si indéfendable soit-elle, dans notre société laïque.  

C’était son choix, tout aussi respectable que d’autres dans d’autres domaines. Elle s'était aussi engagée résolument contre le mariage pour tous. Elle "regrette" pourtant, que ses paroles aient "blessé des gens dans le débat sur le mariage homosexuel". Personne n’a oublié qu’elle avait été condamnée en novembre 2016 pour "provocation publique à la haine ou à la violence", après avoir dit en 2014 que "l'homosexualité est une abomination".

Soyons sérieux, s’il fallait condamner toutes les personnes qui en disent plus qu’elle, les prisons ne pourraient pas les accueillir. Pour elle, l’IVG, la fécondation in vitro et  l’homosexualité sont des actes plus que répréhensibles. Et il appartient à chacun d’avoir sa propre opinion sur ces sujets, sans la moindre haine.

Lisait-elle assidûment la bible qu’elle aimait brandir dans certaines occasions ? Désormais, sa vie privée lui appartient. Si elle a représenté à une certaine période de sa vie une toute petite partie de la société, le temps est venu de lui souhaiter de couler des jours heureux, loin des orages et des tempêtes auxquels elle nous avait habitués. 40 ans au service des causes, cela mérite tout de même quelques lignes et des souhaits de paix et de sérénité là où elle décidera d’aller. Ainsi va la vie…

Solange Heisdorf

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement