[Point de vue] : Réflexion

N’oublions jamais le Père Hamel, égorgé par des terroristes islamistes !

La mémoire étant ce qu’elle est, et les faits dramatiques si nombreux,  qu’il est facile d’oublier un événement d’une année sur l’autre. Aussi gardons-nous de ne jamais oublier dans notre cœur l’assassinat du Père Hamel perpétré par deux terroristes islamistes aux cris « d’Allah Akbar», alors qu’il célébrait la messe dans sa petite église un 26 juillet. C’était hier. Mais cet événement doit rester gravé à tout jamais dans notre cœur et dans notre esprit.

Cet acte inqualifiable  s’est produit sur un vieil homme sans défense dont les derniers mots ont été «Satan, va-t-en ! Va-t-en Satan». En s’attaquant à cet homme si fragile et si inoffensif,  dans son église, les tueurs du père Hamel ne s’en prenaient pas seulement à lui en tant qu’homme d’église, mais à notre civilisation, à notre histoire, à notre culture, à notre liberté, à ce qui fait sa force.

Étant donné la frêle stature du Père Hamel et sa personnalité, lui qui n’avait d’autre message à délivrer que celui de l’amour, se pose toujours la question du « pourquoi ». Que de haine faut-il pour en arriver à cette extrémité de mort, et que d’amour faut-il pour défendre la vie !

Rassurons-nous. Satan ne peut triompher sur le moyen et long terme, mais seulement exister un court instant, le temps hélas de faire quelques ravages certes, mais aussi celui de prendre conscience qu’il faut toujours le combattre pour le faire disparaître. Est-il possible de lui échapper ? Assurément, oui.  Si vous ne pouvez - vous - prier,  d’autres (dont c’est la vocation) le feront à votre place, surtout si vous le leur demandez. Ils  vous permettront de le faire fuir quand il s’installe dans votre esprit.

Le drame de Saint-Etienne-du-Rouvray nous rappelle que certains se sont tournés vers la voie du Mal, n’étant pas conscients du danger que celle-ci représente pour eux et pour les autres. N’ont-ils pas de parents, d’éducateurs, d’amis pour les alerter sur les conséquences réelles que pourrait engendrer un tel choix mortifère ?

Une question se pose : toutes les conditions sont-elles réunies pour béatifier le Père Hamel ? C’est l’affaire de l’Église et celle du Pape François qui entend saluer un martyr, un homme qui a accepté – selon  le Saint Père – « une mort certaine et à court terme (…) par un don total, radical et sans retour de soi pour les autres. »

Mais il nous appartient à nous, simples citoyens,  d’avoir le courage de dire la vérité, de donner un visage à ce mal qui, mois après mois, année après année, maintenant, ensanglante notre pays, gangrène notre monde et veut nous plonger dans les ténèbres. Les assassins du père Hamel n’y parviendront jamais. Nous avons en nous, au plus profond de notre être, l’espérance du Christ, qui est Lumière.

N’oublions jamais que les tueurs du père Hamel ne visaient pas seulement un homme d’église. Ils cherchaient à travers lui à détruire notre civilisation vieille de 2 000 ans. Ils visaient notre histoire et notre culture, cette liberté que tant de peuples nous envient.

Deux terroristes islamistes ont donc tenté d’égorger un mardi, au matin, juste après l’homélie, dans une église, petite, humble, sans faste, où s’était retrouvée une poignée de fidèles, un prêtre simple, sans histoire, qui ne demandait rien d’autre que de vivre sereinement sa vie au service de Dieu, au service des hommes,  au service de l’humanité.

Qu’on se le dise, nous défendrons toujours, bec et ongles, notre mode de vie, notre culture, avec fermeté, une fermeté qui se nourrit du sentiment, de la conviction que nous sommes dans notre droit. Il en va du monde que nous laisserons à nos enfants, un monde que nous ne voulons pas voir menacé par de nouveaux Saint-Etienne-du-Rouvray.

Pour le Père Hamel, martyr de l’Église, et pour toutes les victimes de cet islamisme qui tue, nous devons prier, prier pour que la vie triomphe toujours de tout fanatisme*.

Solange Heisdorf-Strimon

* : L'historien Jean-François Colosimo souligne que c'est la première fois qu'un prêtre est tué en France au cours d'une messe depuis la guerre de Vendée

Commentaires  

#2 solange strimon 30-09-2017 22:48
Je pense qu'il existe un islam modéré et un autre qui malheureusement n'honore pas ses pratiquants et dont la pratique doit être bannie. Je me permets de rappeler que nous avons eu en France un catholicisme violent à l'époque où l'inquisition régnait et où les tortionnaires ne manquaient pas d'imagination pour faire avouer des crimes qui n'étaient pas commis. Il existe, je crois, 4 millions de musulmans en France qui pratiquent un islam modéré et n'ont rien à voir avec les malades mentaux qui se réclament du coran, celui-ci ayant tout de même évolué avec le temps. Le devoir de chaque catholique est d'amener les autres à voir dans la figure du Christ l'amour et la rédemption. J'essaie, pour ma part, de convaincre, quand j'en ai l'occasion que le Christ est amour et qu'Il est mort pour nos péchés. L'islam n'est pas une religion de l'amour et je le déplore au moins autant que vous. Mais nous sommes responsables de la société dans laquelle on vit, alors à nous de faire changer certaines mentalités. Et de convertir !
Citer
#1 Jean-Yves Pons 24-09-2017 20:15
"Le drame de Saint-Etienne-d u-Rouvray nous rappelle que certains se sont tournés vers la voie du Mal, n’étant pas conscients du danger que celle-ci représente pour eux et pour les autres. N’ont-ils pas de parents, d’éducateurs, d’amis pour les alerter sur les conséquences réelles que pourrait engendrer un tel choix mortifère ?"

Cette vision "bisounours" de l'islam est affligeante. En tout cas d'un irréalisme fatal. Ce qui s'est produit à Saint-Etienne -du-Rouvray ne résulte pas du fait de s'être "tournés vers la voie du Mal". C'est une INJONCTION DU CORAN.

Alors, cessons de tendre la joue gauche après avoir été giflé sur la joue droite : il n'y a pas de place pour l'islam en France. Un point c'est tout. Et tout le reste n'est que littérature...o u mort programmée.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement