20 septembre : le pape à Poverello “Soif de paix. Religions et cultures en dialogue”

En conclusion de la Journée mondiale de prière pour la paix organisée par Sant’Egidio et trente ans après la première rencontre interreligieuse d’Assise convoquée par Jean-Paul II, le pape François se rendra le 20 septembre dans la ville du « Poverello ».

Le pape François compte bien, dans le sillage de Jean-Paul II et Benoît XVI, faire vivre lui aussi « l’esprit d’Assise », au cœur d’une époque marquée par une « guerre mondiale par morceaux », selon l’expression qui lui est chère. Il se rendra dans la petite ville d’Ombrie pour la 30e édition des Rencontres internationales pour la paix organisées par la communauté de Sant’Egidio.

Ce grand rassemblement promet d’ores et déjà d’être historique. Au total, 400 délégations de responsables religieux et politiques participeront à cette rencontre, dont plusieurs figures éminentes. « Les chrétiens seront réunis à très haut niveau », indique Marco Impagliazzo, président de Sant’Egidio. L’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, sera notamment présent, de même que le patriarche de Constantinople, Bartholomée Ier, un « ami » du pape François.

Le monde musulman sera aussi largement représenté, « de l’Indonésie au Maroc ». Plusieurs personnalités de l’université égyptienne d’Al-Azhar, référence du monde sunnite, sont annoncées, même si la présence du grand imam Ahmed Al Tayyeb, reçu récemment au Vatican, doit (à l’heure où nous communiquons cette information) encore être confirmée.

« Cette nouvelle rencontre d’Assise n’est pas seulement un souvenir de celle de 1986, affirme le président de Sant’Egidio, il s’agit de se réunir étant donné l’explosion de la violence sur une base religieuse ». L’enjeu, dit-il, est de « désolidariser totalement violence et religions ». Comme ce fut déjà le cas en 2011, lorsque Benoît XVI se rendit à Assise pour marquer les 25 ans de cette rencontre interreligieuse devenue emblématique, des « non-croyants » seront présents.

« L’intitulé de la rencontre est “Soif de paix. Religions et cultures en dialogue”, rappelle Marco Impagliazzo, des personnalités humanistes se joindront à nous dans une démarche commune ». « En trente ans, le contexte a changé, de la guerre froide à l’expansion du terrorisme, assure Marco Impagliazzo, notre responsabilité en est d’autant plus forte. Les religions sont conscientes qu’elles ne peuvent désormais pas faire autrement que de marcher dans la même direction, avec la paix pour objectif. »

Si les hauts dirigeants de toutes les religions ne prêchent pas la paix, ne comptons pas sur nos pauvres élus politiques qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et n’ont d’autre ambition que renforcer par tous les moyens ce qui leur donne une importance, celle qu’ils n’ont que très temporairement. Prions pour que cette rencontre soit animée par l’Esprit Saint.

Solange Strimon

Commentaires  

#1 PELLIER Dominique 05-09-2016 08:27
Prions pour ces temps de la fin qui sont déjà bien terribles !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement