À Rimini, la Vierge Marie mise à l’écart

Le meeting annuel « catholique » interreligieux de Rimini, pour l’amitié entre les peuples, organisé par Communion et Libération, mouvement d’action « catholique » italien, avait pour thème  « Tu es un bien pour moi ». Il s’est déroulé très récemment. Il s’agissait bien sûr de tenter un dialogue avec les autres religions représentées pour ouvrir son cœur et son esprit à celles-ci. L’accueil des milliers de migrants devient un vrai problème qui ne pourra que s’amplifier si une relation constructive ne s’établit entre tous. Mais ce qui s’est passé récemment n’augure rien de positif pour l’avenir.

Le pape François avait adressé un message de soutien à Mgr Francesco Lambiasi, archevêque de Rimini : « Il y a une parole que nous ne devons jamais cesser de répéter et surtout de témoigner : dialogue. » Une vraie rencontre, souligne François, « implique la clarté sur sa propre identité, mais en même temps la disponibilité pour se mettre dans la peau de l’autre, pour recueillir, sous la superficie, ce qui agite le cœur, ce qu’il recherche vraiment. » « Face aux menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité des peuples et des nations, qui peut penser se sauver seul et avec ses propres forces ? » s’interroge Jorge Maria Bergoglio.

La difficulté du vivre ensemble a connu une première difficulté majeure qui n’a pas eu l’écho qu’elle aurait dû avoir. En effet, sur le stand de la maison d’édition « Shalom », la statue de la Madone a été enlevée pour éviter ce qui paraîtrait comme une provocation pour les musulmans…  il se dit que les terroristes de Daesh éprouvant de la haine pour la Sainte Vierge, il valait mieux ne pas l’exposer aux regards de ces hommes dépourvus de cœur et de raison.

Sur le stand, les responsables ont enlevé également tout ce qui rappelait la  Sainte Vierge.  Elle, qui a mis le Sauveur au monde, se devait d’être invisible. Le comble, alors qu’on nous rabat les oreilles avec le dialogue interreligieux conciliaire, il ne faut pas oublier que c’est valable pour toutes les religions sauf le catholicisme !  D’ailleurs, le 21 août l’Islam répondait au pape François : nous faisons une guerre de religion et nous vous haïssons. A bon entendeur, salut ! Mais notre cher pape ne se laisse pas impressionner par ce genre de commentaire car il sait lui qu'il aura le dernier mot par l'amour et la fraternité. Et nous aussi… en nous forçant un peu !

Solange Strimon

Commentaires  

#1 PELLIER Dominique 24-08-2016 08:11
Et le pape a raison. Plus que jamais dirait-on, nous devons reconnaître notre foi en Christ, la proclamer. Que ce soit pour une cause spirituelle ou un idéal social, il faut s'attendre à périr pour cela. Dans le cas contraire, nous ne sommes pas crédibles. Notamment, si nous renions Christ devant les hommes, Il nous reniera devant Son Père, Notre Père et cela ne m'intéresse pas; je veux être reconnu par mon dieu. Je mourrai peut-être pour Dieu, mais aussi pour la FRANCE
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement