Une pluie de roses le dimanche 5 Juin 2016 à 16H00 en l'Eglise Sainte Rita à Paris

L'Eglise Sainte Rita, patrimoine néo-gothique et lieu de vie spirituelle intense du XVème arrondissement de Paris est en passe d'être détruite au profit de la spéculation immobilière. Depuis plusieurs mois, le groupe Lamotte tente de déloger les fidèles pour y lancer ses bulldozers. Le promoteur souhaite y construire un parking et des logements sociaux. Mais l'Eglise n'était-elle pas la première des familles où il fait bon se ressourcer ?

C'est une très vieille tradition en l'honneur de Sainte Rita " La Sainte des roses ", on bénit ces fleurs que l'on porte ensuite aux parents ou aux malades. La tradition est ancienne, dans les derniers  instants de sa vie, au couvent de Cascia, Rita très affaiblie reçut la visite de sa cousine qui lui demanda en partant ce qu'elle pourrait lui rapporter qui lui fasse plaisir. Rita répondit " une rose de mon petit jardin de Roccaporena ". On était en plein hiver et la cousine pensa que la sœur délirait probablement un peu en souhaitant une rose en cette saison. Mais en passant devant le jardin de la maison familiale où Rita était née, à Roccaporena, elle vit une superbe rose rouge qu'elle s'empressa de cueillir et d'apporter à la future sainte. Depuis cette époque, Rita est restée la sainte des roses dans une dévotion populaire très grande en Italie, mais aussi en France.
La rose célèbre la bonté de Dieu qui voulut réconforter Rita mourante par le don de la rose, fleurie en plein hiver. Ces roses obtiennent par l'intercession de sa servante des guérisons inespérées.

Croyants et non-croyants ne veulent pas que ce lieu de culte, témoin de l'histoire et du patrimoine d'un quartier de Paris, soit sacrifié sur l'autel des profits d'un grand groupe immobilier. L'Eglise sainte Rita doit vivre. L'avocat de l'Eglise sainte Rita, Me Jean-Marc Fedida dénonce " une belle opération ", car " tout a été mené au mépris absolu des droits des occupants ", et il dénonce également la signature d'une promesse de vente alors qu'un bail " tacite " avait toujours cours, et qu'aucun congé n'avait été donné au locataire. Mais cet argument n'avait pas convaincu la commission du Vieux Paris ".

Alors les chrétiens qui veulent que cette Eglise demeure ont l'impression de se heurter à un mur. On traite ainsi une église comme un bien privé ordinaire et des gens qui prient en ces lieux comme des occupants sans titre, au mépris de la destination cultuelle de cet espace sacré, dont il n'est même pas question dans le rendu du jugement.

Cette église possède une valeur inestimable pour toute personne voulant se recueillir et espérer, prier en semaine, Sainte Rita, patronne des causes désespérées n'est-elle pas la sainte qui met la paix dans les familles et entre les familles ?

On y a toujours célébré un rite latin traditionnel, après le départ des gallicans, ce sont des catholiques romains qui ont repris cette tradition. " Le règne de l'Eucharistie, c'est le règne de l'Eglise, et là où l'Eucharistie est oubliée, l'Eglise n'a que d'infidèles enfants, et bientôt elle pleurera une ruine nouvelle " Saint Pierre-Julien Eymard (1811-1868).

Eric Muth

Dimanche 5 juin à 16H00 : bénédiction des roses de Sainte Rita (rue François Bonvin 75015 Paris) et procession dans les rues du XVème.

Commentaires  

#3 MUTH ERIC 08-06-2016 10:16
L'EGLISE SAINTE RITA NE SERA PAS DETRUITE

A la demande de la Communauté Chrétienne Sainte Rita, Paris XVè, suivie par le préfet, le juge est revenu sur sa décision, il a annulé sa demande de faire intervenir les forces de l'ordre pour l'évacuation des lieux. Ainsi, le Lundi 6 juin 2016 le tribunal administratif a annulé l'ordonnance du 27 mai 2016. L'Eglise Sainte Rita ne sera pas détruite.
Citer
#2 des Millets 02-06-2016 09:42
On ne détruit pas la maison du Christ. Mobilisons-nous !
Citer
#1 PELLIER Dominique 02-06-2016 08:06
Encore et toujours l'action de désévangélisati on de la FRANCE dont la république inique, au service de l'Islam est l'auteur. Prions contre cela
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement