Un évêque qui joue au Calife

J'apprends que Mgr. Gardès, évêque d'Auch a offert 5000 € - argent qui appartient d'abord aux fidèles catholiques - pour reconstruire une mosquée incendiée dans son diocèse !

Mgr Gardés a peut-être oublié que la religion qu'il encourage ainsi - sans doute sous prétexte de charité, de tolérance et d’œcuménisme larmoyant - persécute les Chrétiens dans tous les pays du monde (et pas seulement les Islamistes de Daesh ou d'Al Al-Qaïda, loin de là...) et n'aura de cesse qu'elle n'ait complètement subverti ce qui fut autrefois l'Occident chrétien, d'après les déclarations explicites de nombre de ses responsables ….ou qu'on l'ait renvoyée dans ses foyers.

Si bien que ce geste arbitraire n'est pas simplement incongru et choquant, mais il constitue un acte d'apostasie et de trahison manifestes.

Je suppose que si Mgr Gardés avait vécu en 1571, au moment où don Juan d'Autriche envoyait par le fond la flotte turque venue envahir la Chrétienté, grâce à la résistance de saint Pie V qui sut mobiliser l'ensemble des pays chrétiens dans la récitation du Chapelet, il n'aurait pas manqué de financer le renflouement d'une felouque ou d'une galère ottomane "par charité" chrétienne. O tempora, o mores : aujourd'hui le Bon Samaritain porte secours aux agresseurs tandis que le pauvre voyageur agonise sur le chemin….

Pauvre Eglise, pauvres catholiques et pauvre Christ dont la Charité sert de prétexte à toutes les lâchetés et à toutes les absurdités épiscopales...

Mais Notre Seigneur en a vu d'autres et ce ne sont pas les évêques renégats...ou simplement dévoyés, qui foisonnent de nos jours, qui pourront entamer Sa patience et Sa bienveillance à notre égard.

Il attend.

Il attend que nous, simples fidèles, abandonnions notre laisser-aller et retrouvions la foi de nos pères pour mériter un clergé digne de ce nom. Il attend que sortions de notre apostasie et que nous renoncions aux délices du relativisme et de l'indifférentisme dans lesquelles nous nous vautrons depuis cinquante ans et plus....sans oublier celles où se spécialisèrent Sodome et Gomorrhe, fortement encouragées par une fraction de la haute Hiérarchie dite catholique.

Alors, quand nous aurons repris nos esprits, il nous redonnera des évêques dignes de ce nom. Des évêques capables de reconnaître l'ennemi du Christ sans le haïr, de l'accepter sans l'encourager dans son erreur et, si possible, capables de le convertir à la Vérité; capables de distinguer le troupeau à paître des loups ravisseurs et de le défendre contre eux, au péril de leur vie s'il le faut.

Nous en sommes loin.

Il n'y a donc pas à s'étonner du geste de Mgr Gardés, plus absurde qu'odieux. Quand on constate le fleurissement de multiples hérésies qu'on croyait définitivement éteintes dans l'Eglise, on se dit que l'évêque d'Auch, est bien un personnage de notre temps et de notre monde où l'Eglise encourage, à l'extérieur, une des pires hérésies issues du judéo-nazaréisme.

Au moins, les Troyens lorsqu'ils introduisirent le Cheval dans leurs murs, ignoraient qu'il fût chargé de Grecs décidés à les égorger. Notre clergé n'a pas cette excuse qui ne peut ignorer l'offensive généralisée contre les Chrétiens dans toutes les théocraties musulmanes, fussent-elle "officiellement" des démocraties. Pour ne rien dire des attentats dans notre propre pays et de la ruée enthousiaste de jeunes "Français issus de l'immigration" pour rejoindre les rangs des égorgeurs djihadistes.

On doute donc, que Mgr Gardés, s'il est évêque de fait d'Auch, soit un réel successeur des apôtres, car il ressentirait alors l'obligation de prêcher la "bonne nouvelle" à ceux qui en ont le plus besoin de l'entendre. Au risque de se faire occire…. comme nombre de ses valeureux prédécesseurs, martyres de la foi chrétienne en terre d'islam.

Céline aurait peut-être dit que son geste est celui d'un "fêlé du bocal". Qui sait ? Mais il n'est plus temps pour nous de nous lamenter car nous sommes à la "vingt-cinquième heure" comme l'écrivait déjà Virgil Gheorgiu, le grand écrivain orthodoxe (Pope de son état), il y a plus de soixante ans.

Ce qu'il faut maintenant, c'est résister en toute occasion; ne pas nous laisser entraîner dans le naufrage de notre foi, refuser de suivre cette part de la hiérarchie qui se vautre dans la promiscuité avec l'erreur et qui a été installée en lieu et place d'une authentique hiérarchie catholique depuis Vatican II. Ce qu'il nous faut, c'est prier pour que le Saint Esprit mette en œuvre la restauration de la foi dans l'Eglise – en commençant au plus haut niveau – et dans notre pays tout particulièrement pour préparer le retour du "lieutenant du Christ".

Alors renaîtront des prêtres et des évêques authentiquement, généreusement, sincèrement catholiques qui s'attacheront – par exemple - à financer la restauration de nos églises qui en ont bien besoin, à ouvrir des écoles vraiment chrétiennes pour contrebalancer l'influence d'une éducation dite nationale  où le prince de ce monde a installé depuis longtemps les structures et les personnels acharnés à détruire le règne du Christ dans nos cœurs, nos familles et notre  patrie. Ou ce qu'il en reste.

Louis Saint Martin

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement