À quel saint s’adresser quand ça va mal ?

Vous allez bien, voire très bien, vous qui faites partie de notre grande famille royaliste et qui devenez un peu plus chaque année des fidèles et des défenseurs d’un site exceptionnel par sa conception et  la qualité de ses contributeurs. N’étant qu’une femme, évidemment, je suis particulièrement consciente d’avoir besoin, plus que tous mes confrères, de l’aide d’un de ses saints, si ce n’est plusieurs ! Il faut toujours reconnaître ses faiblesses pour obtenir la force du ciel et celle de la terre, vous en conviendrez. Alors, j’avoue, j’avoue tout et plus avant de passer à l’épreuve de la torture.

L’homme que nous avons le privilège de fêter ce dimanche 19 septembre est tout simplement Saint Eustache, l’un des quatorze Saints Auxiliaires, qui connut une torture extrême. D’ailleurs, lorsqu’on imagine celle-ci, on peut se poser la question de savoir si « nous », nous aurions résisté. « Ils furent alors enfermés dans un bœuf d’airain incandescent, déclare le Martyrologe, et consommèrent leur martyre par ce supplice ». Ceci s’est passé sous l’empereur Adrien en l’an 120. Avant d’en arriver là, ce général de l’armée par l’empereur Trajan, revenu victorieux d’une expédition, avait osé  refuser de rendre grâces aux dieux de ce triomphe. Catastrophe : il fut arrêté et exposé aux lions avec sa femme et ses enfants. Mais, à l’étonnement de tous, les bêtes affamées caressèrent leurs victimes et ne leur firent aucun mal. Alors le pire leur fut réservé, ce qui vous a été annoncé plus haut.

Mais qui était Saint-Eustache, qui portait aussi le nom de Placide ? Vous savez certainement déjà – heureux hommes -  qu’il était illustre à Rome, par sa naissance, ses richesses et sa valeur militaire. Un jour, dit sa légende, alors qu’il poursuivait à la chasse un cerf d’une taille prodigieuse, l’animal s’arrêta soudain et laissa voir entre ses ramures une image de Jésus crucifié. L’abbaye bénédictine de Subiaco posséda longtemps la montagne où d’anciennes traditions plaçaient le lieu de cette apparition divine. Sur l’invitation du Sauveur, Saint-Eustache prit désormais pour but de ses poursuites la Vie immortelle et s’enrôla avec son épouse et ses deux enfants dans la milice chrétienne. C’est ainsi que son destin fut changé, par la simple vision de ce miracle entre les ramures d’un cerf.

À propos des Quatorze Saints Auxiliaires, il faut savoir qu’il s’agit d’un groupe de quatorze Saints particulièrement célèbres pour l’efficace de leur invocation. On les représentait souvent ensemble. On les reconnaît à leurs attributs particuliers et ce petit rappel vous permettra seulement de noter les saints qui vous intéressent sur votre agenda.

1-      Saint Georges (23 avril) au dragon qu’il terrasse. On l’invoque contre les maladies dartreuses. Il est le patron des guerriers avec saint Sébastien et saint Maurice, et le patron des Scouts.

2-      Saint Blaise (3 février) à ses deux cierges croisés. Il est invoqué pour les affections de la gorge.

3-      Saint Érasme (2 juin) aux entrailles enroulées autour d’un treuil. Il est invoqué pour les maux d’entrailles. Les marins et les gens de mer l’ont pour patron.

4-       Saint Pantaléon (27 juillet) à ses deux mains clouées. Invoqué dans les maladies de consomption, il est le patron des médecins avec saint Luc et les saints Côme et Damien.

5-      Saint Vite (ou Guy) (15 juin) à sa croix. Invoqué contre la chorée (danse de Saint-Guy), la léthargie, la morsure des bêtes venimeuses ou enragées.

6-      Saint Christophe (25 juillet) à l’Enfant Jésus qu’il porte. On le prie dans les orages, les tempêtes, les temps de peste et pour éviter les accidents de voyage.

7-      Saint Denys (9 octobre) à sa tête coupée qu’il porte. On l’invoque contre les possessions diaboliques.

8-      Saint Cyriaque (8 août) à son habit de diacre. Invoqué pour les maladies d’yeux et les possessions du démon.

9-       Saint Acace (8 mai) à sa couronne d’épines. Invoqué pour les maux de tête.

10-   Saint Eustache (20 septembre) à son cerf et à son équipage de chasse. On le prie pour être préservé du feu éternel ou temporel.

11-   Saint Égide (ou Gilles) (1er septembre) à sa coule bénédictine et à sa biche. Invoqué contre la panique, le mal caduc, la folie, les frayeurs nocturnes.

12-   Sainte Marguerite (20 juillet) au dragon qu’elle tient enchaîné. Invoquée contre les maux de reins et par les femmes qui doivent être mères.

13-   Sainte Barbe (4 décembre) à sa tour et au ciboire surmonté d’une hostie. Invoquée contre la foudre et la mort subite. Patronne des mineurs, des artilleurs et des gendarmes.

14-  Sainte Catherine (25 novembre) à sa roue brisée. « La sage conseillère » est invoquée par les étudiants, les philosophes chrétiens, les orateurs, avocats, etc.

Aucun de ces saints ne me fera cependant quitter celui en qui j’ai une confiance absolue et dont je vous ai déjà parlé : saint Jude, proche de Notre Seigneur Jésus-Christ.

À l’origine de la dévotion à ces saints, il y eut des apparitions. C’est en Allemagne que, le 24 septembre 1445, un jeune berger, Hermann Leicht du monastère cistercien, a vu un enfant pleurant dans un champ appartenant au monastère de Langheim près de Bamberg en Bavière. Ce dernier disparut au moment même où il voulut le recueillir. Un peu plus tard, l’enfant réapparut au même endroit tandis que deux bougies brûlaient à ses côtés. En juin 1446, le berger a vu l’enfant une troisième fois, portant une croix rouge sur sa poitrine et accompagné de treize enfants.

L’enfant a dit au berger : « Nous sommes les quatorze intercesseurs et désirons que l’on construise ici une église en notre honneur. Si vous nous servez, nous vous servirons ! » Peu de temps après, le berger a vu deux bougies allumées descendre à cet endroit. Quelques jours après eut lieu une première guérison miraculeuse. Ce miracle acheva de convaincre les moines de l’abbaye au service de laquelle travaillait le berger. Ils érigèrent au plus vite une chapelle pour accueillir les premiers pèlerins.

La basilique des Quatorze Saints Auxiliaires (Vierzehnheiligen) en Bavière, construite sur le lieu des apparitions, près de Bad Staffelstein, est une des églises les plus connues en Haute-Franconie. Il s’agit aussi d’un important lieu de pèlerinage. Si vous souhaitez vous y rendre, c’est la bonne période. Que Saint-Eustache veille sur vous particulièrement cette semaine, sur votre famille et vos amis, et retrouvons-nous la semaine prochaine si tout va bien, si Dieu veut, selon une formule consacrée ! Prenez soin de vous…

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

11/05 | 3ème Pèlerinage légitimiste au Puy