Mémoire de la Vierge Marie Reine : une source d’inspiration pour la France ?

Ce 22 août, les catholiques ont célébré la  mémoire de la Très Sainte Vierge Marie  sous le titre de « Reine ». Bien qu'elle fût appelée et priée sous cette qualité dès les premiers siècles, il faudra attendre 1954 sous le pontificat du Vénérable Pie XII pour qu’elle soit officiellement insérée dans le calendrier liturgique, par l'encyclique  « Ad caeli Reginam ».

L’Église vit une relation particulière avec cette humble femme qui devint par grâce, la Mère de Dieu et notre Mère. Les évangiles et plus généralement la Bible, ne mentionnent pas la naissance de Marie, ni son enfance et ses interventions dans les textes sacrés sont relativement faibles mais néanmoins denses et éclatantes.

Pourquoi Marie n'a-t-elle pas plus de place dans les saintes écritures si elle est Mère et Reine de l'Univers ?

Les évangélistes mus sous la conduite de l'esprit Saint, ont fait ce choix, pour que les croyants puissent ne point s'égarer dans un dogme, qui attacherait plus d'importance à la Très Sainte Vierge, qu'au message du Rédempteur de même qu'à sa personne divine. Cette carence de description  n'est nullement une volonté d'occulter, mais plus celle de s'attacher à l'essentiel. Ce désir, de surcroît, à un sens double. Non seulement on invite le croyant à s'attacher au discours lumineux du Christ pour le monde, mais en plus on le convie à méditer sur l'incroyable et divine humilité de sa très sainte Mère. De ce fait, par les grâces innombrables qui furent données à cette humble servante du Seigneur, sainte bien avant sa naissance, et dont l'humilité de même que sa fidélité n'ont eu pour but que de faire connaître et aimer Dieu, elle s’élève ainsi à la plus haute dignité céleste qui puisse être donnée à aucune créature : la dignité Royale.

Mais ne nous trompons d'aucune manière. Marie a une importance capitale : du Fiat qui permit l'incarnation, en passant par les noces de Cana, où elle donna ainsi son accord et son ordre « Tout ce qu'il vous dira faites-le » (Jn 2,5) qui conduiront Jésus à débuter son Ministère, jusqu'au pied de la croix où le Roi des rois confie à sa Marie l'autorité « Femme voici ton fils, Fils voici ta Mère » (Jn 19,26-27) liant l'humanité du même lien que Notre Seigneur a eu avec elle, en finissant par sa glorieuse Majesté, « la Femme couronnée de douze étoiles » (Ap 12,1), qui explique que certains saints diront « Par une femme le péché est entré, par une femme le salut est venu ».

C'est donc pour nous Royalistes une source sans borne de contemplation. En effet, elle ne fut Reine non par volonté d'un peuple, qui par admiration l'aurait revêtue de ce titre au nom une liberté absolue, ni d'ailleurs une prétention de sa personne, mais bel et bien d'une grâce unique qui lui fut accordée. Par cette union des Cœurs entre Marie et le Christ dont le roi est le lieutenant, nous recevons la plus humble et douce entre toutes les femmes, notre bonne Mère comme Reine des reines de France.

Bien que nos autorités actuelles aient la volonté nocive de déraciner notre histoire à celle d'une autorité céleste, à une royauté qui ne peut être abolie, la France a été, est et restera pour les siècles dans une consécration mystique, la Fille aînée de l'Eglise, de racine chrétienne pour ne pas dire catholique. Que l'on veuille reconnaître ou non cet amour de préférence entre le Divin et notre pays,  Marie en reçut, par la volonté du roi Louis XIII, la consécration totale et inaliénable.  

Ce lien profondément ancré n'est nullement dû qu'à ce seul fait. En faisant la rétrospection de notre glorieux passé, on y voit la dévotion de notre dame du panier, les apparitions de la Madone à Garaison, les neuvaines de Louis XIII à Cotignac pour obtenir la fécondité maternelle et qui sans doute donnera motivation à sa majesté d'offrir la France à la Reine des reines. Les interventions Mariales en France seraient un travail titanesque à énumérer comme celle de Romay près de Paray le monial, Bétheram, Buglos, plus tard Lourdes (donnant par suite à un des plus beau dogme marial), la Rue du bac, et j'en passe, qui, malgré sa divine majesté nous montrent sa bienveillance maternelle d'une manière particulière. C'est donc nous tous que j'invite, moi le premier, à offrir nos prières à notre Mère et Reine céleste pour le salut de notre Pays, pour le retour de la Royauté.

Sébastien Marini

Commentaires  

#3 Sébastien Marini 30-08-2015 18:07
Les Protestants, sont divisé en plusieurs courants avec quelques différences dogmatiques (certains reconnaissent l'eucharistie, d'autres non ). Dominique, vous dites que Marie est comme n'importe quelle mère de ce monde, pour plusieurs raisons. La première est qu'elle n'a pas mit au monde n'importe qu'elle enfant, la seconde qu'on ne peut pas entrer au paradis sans être saint , alors avoir le verbe incarné dans son ventre implique qu'elle soit sainte, un corps maculé par le péché véniel, mortel, originel ne peut pas recevoir le verbe incarné en son sein. Quand bien même si nous appliquons la "solo gratia" protestante cela implique que Dieu l'as sanctifié lui même avant que le verbe s'incarne.De plus même le dogme catholique qui donne tant d'importance à Marie , n'as jamais fait d'elle une personne de la trinité (qui ne serait plus la trinité si l'église Catholique reconnaissait Marie au même niveau de Dieu ). L'église catholique dit qu'elle est co-rédemptrice, non parce que sa seule personne était de nature rédemptrice, mais que c'est par son oui (Dieu aurait peu faire autrement puisqu'il peut tout, mais ce fût sa volonté) que le salut est venu. Elle participe donc à la rédemption. Troisièmement des passages comme les noces de cana "tout ce qu'il vous dira faites-le" où jésus commence son ministère uniquement parce qu'elle donna son accord alors que jésus lui dit "femme, mon heure n'est pas encore venu"ou la croix quand Jésus donne sa mère. Tout aurait pu se faire comme Jésus aurait voulu par sa seule autorité divine mais il a voulu être en union mystique avec sa mère, ainsi tout les ordres de la Vierge ne sont ordre que parce qu'elle est unie au cœur divin et que sa volonté n'est donc que la volonté divine. C'est donc par cette union mystique en Dieu et rien que par cette grâce elle reçu la couronne céleste.
Citer
#2 Charles Meret Zolver 29-08-2015 16:00
La Très Sainte Vierge Marie étant la "médiatrice de toutes les Grâces", notre co-rédemptrice ( elle à souffert sa Passion en union avec son Divin Fils et aucune langue humaine ne pourra jamais retranscrire cela ) et "voulue", la théologie catholique nous l'apprend, de toute éternité par la Très Sainte et Adorable Trinité; il est dans l'obligation de chaque croyant catholique de l'honorer et de l'invoquer comme telle : on obtient tout par Marie, Par sa "toute-puissanc e de supplication", comme nous aimons à l'invoquer dans l'acte de réparation. Quand, aux yeux de Dieu, nous aurons suffisamment, souffert, expié, prié,supplié, l'Exorable suscitera un monarque issu de l'antique race Franque pour relever sa Fille Aînée , qui, actuellement se délite sous l'effet de sa propre putréfaction . Les saintes Ecritures ne sont pas exhaustives, il peut être profitable pour un fidèle de lire et méditer les messages révélés par le Ciel à certaines âmes privilégiées, notamment les visons de le Bienheureuse Anne-Catherinne Emmerich ou de Marie d'Agredda OU bien encore de Sainte Brigitte de Suède (liste non exhaustive...). Coeur Immaculé et Douloureux de Marie nous voulons Votre Triomphe! P.S ne l'oublions pas : c'est la récitation du TRES SAINT ROSAIRE qui permit la victoire à Lépante..."...L es gens d'armes batailleront, Dieu donnera la Victoire".
Citer
#1 PELLIER Dominique 27-08-2015 08:05
Pour nous, Protestants, nous ne nions pas le fait que Marie ait obéi à Dieu en acceptant de porter Son Fils comme n'importe quelle mère au monde, d'avoir souffert ce qu'elle a souffert au pied de la Croix, toutefois, elle n'est pas à la m^me hauteur que Dieu. Elle est la mère de Christ et c'est déjà beaucoup. NOus ne diminuons pas son mérite, bien au contraire. Mais il y a Dieu Père, Fils et Saint Esprit, et la cohorte innombrable des saints dont MARIE.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement