La déchristianisation continue avec la suppression des saints !

Compte tenu de la chaleur extrême et continue de cet été qui n’en finit plus de m’abêtir et de mon état intellectuel relégué à la rubrique des absents, j’ai mis un certain temps avant de me rendre compte que France 3, seule chaine faisant état de la fête du saint du jour, ne donnait plus l’indication de saint.

Ils sont passés où nos chers et précieux saints ? Aurait-on rétabli la guillotine rien que pour eux ? Comment ai-je pu mettre autant de temps, à savoir depuis le 2 juillet, pour ne rien voir, rien comprendre et tout avaler ? Lavage de cerveau à dose homéopathique, mais lavage de cerveau tout de même et tellement plus dangereux qu’annoncé en grandes pompes, du style : « Nous avons le regret de vous faire part du décès de tous vos prénoms de baptême, qui rejoignent le chaos de la société actuelle, celle qu’a décidé le président de la République, portant ô infamie, le prénom d’un des plus grands saints de notre histoire et celui de notre pape actuel ». Pour raison d’économie, cette information ne passera nulle part et la société française chrétienne voit à nouveau l’un de ses piliers existentiels ébranlé. Nous venons de perdre d’un coup, en plein été, l’une des richesses de notre patrimoine le plus précieux et peu de personnes s’en rendront compte. La manœuvre est habile, diabolique, tout simplement. Mais l’homme à la tête du pouvoir ne l’est-il pas pour se comporter avec autant de machiavélisme ?

Il est simplement scandaleux de découvrir, comme tous les ans, que nos gouvernants profitent des vacances pour se livrer à quelque infamie. Sous Robespierre, il y avait déjà eu des tentatives, qui avaient échoué, mais aujourd’hui, le président est un roué personnage (pire que Machiavel et Talleyrand réunis), qui en dehors de son caractère et de sa personnalité, s’est entouré de chargés de mission et de conseillers, particulièrement nuisibles pour la chrétienté, pour la France, pour son présent et son avenir. Honte à lui, honte à tous ses complices, honte à ceux qui obéissent, honte à ceux qui ne veillent pas chaque jour sur notre identité française. Et j’en ai fait partie depuis le 2 juillet, date à laquelle le couperet est tombé, et que je n’ai pas senti le froid de la lame pour le réaliser. Où étais-je donc ? Sacrée réussite que cette opération menée dans le silence, au moment où la France sommeille, imagine que durant les vacances, une trêve est en place. Pauvres idiots que nous sommes, et surtout moi la première, censée veiller sur la flamme de nos traditions. À un tout petit niveau certes, mais tout de même, les plages sont constituées de milliards de petits grains de sable.

Pourquoi ? La réponse semble tellement évidente qu’il faut seulement rappeler que Noël, la crèche, le sapin, la croix, ont subi l’an passé un essai de destruction. Ça n’a pas réussi, mais qui peut assurer que cette année,  « ils » ne recommenceront pas ? Et y parviendront peut-être si nous ne veillons pas.

L’islam va-t-il triompher de nous, de nos valeurs, de notre héritage ? Pourquoi en veut-on autant au christianisme, une religion de paix, d’amour et de partage ? Pourquoi ne pas toujours rappeler que l’islam n’est pas une religion de tolérance, mais de rejet de tout ce qui n’est pas musulman et que cette religion remet la société au temps de la préhistoire, enfin, pas tout à fait, mais… presque. Le progrès social est nié, l’égalité homme/femme supprimée, les livres sont à brûler et la guerre déclarée à qui ose critiquer les écrits du « livre ». L’éducation se veut tellement égalitaire que nos enfants risquent de devenir des cancres affirmés.  Avec l’actuelle ministre de l’éducation nationale de confession musulmane, continuons à rester sur nos gardes. Elle nous prépare certainement une de ses mises en scène destructrice, dont elle a le secret.

En tant que journaliste, je dois bien reconnaître que les informations télévisées font partie de mon pain quotidien. Mais cette fois-ci, la coupe est pleine, la manipulation trop forte : je vais reprendre les émissions par la radio, celle de Vatican, celle d’organismes fiables, passer l’écran de télévision par-dessus bord (après avoir vérifié tout de même qu’il n’y aura pas de victime !). On veut nous bâillonner, nous ligoter, nous faire oublier nos fêtes religieuses et même des jours fériés chrétiens que l'on veut remplacer par des jours fériés musulmans, nous réduire à une nouvelle forme d’esclavage, nous imposer une conduite de vie laïque, sans repères, sans ambition, sans élévation spirituelle, sans solidarité avec le monde des chrétiens d’Orient tellement sacrifiés.

Ne l’oublions pas : le nombre de Chrétiens persécutés dans le monde oscille entre 100 et 150 millions d’âmes. Ce chiffre, en hausse constante, fait du christianisme la religion la plus persécutée. Selon Portes ouvertes, "un chrétien meurt toutes les 5 minutes". Et comme l’explique Marc Fromager, directeur de l’Aide à l’Église en détresse (AED), "sur 131 pays de culture chrétienne, il n’y en a pas un seul où la législation sur la liberté religieuse laisse à désirer ».

Sur 49 pays de culture musulmane, 17 ne tolèrent aucune autre religion et contrôlent étroitement les croyants non musulmans, 19 reconnaissent théoriquement la liberté religieuse et ça s’arrête au principe. Les chrétiens restent le groupe religieux le plus discriminé dans le monde : 75 % des cas d’atteintes à la liberté religieuse les concernent.  Et le pire dans cette christianophobie mondiale est l’indifférence qui l’entoure. Certes, les attentats contre des Chrétiens en Irak ou en Égypte en 2010-2011 revendiqués par Al-Qaïda furent médiatisés. Mais les nombreux cas de "christianophobie ordinaire", commis au nom des législations en vigueur ou avec la complicité des autorités, sont ignorés. Ceci s’explique par le fait que les mythes fondateurs du « politiquement correct » et la "politique d’apaisement" empêchent de désigner les coupables, ceux qui avancent dans les ténèbres voulant nous entraîner avec eux sur les routes de l’enfer. Hé bien non, nous sommes là !  Les actuels responsables politiques de notre pays, le président de la République en tête, ne nous impressionnent pas : nous défendrons nos valeurs jusqu’à la mort !

Vous, vous qui lisez Vexilla Galliae, vous qui savez, et vous qui allez avec moi et tous les supporters de la France chrétienne prier pour que tous nos saints intercèdent en faveur des chrétiens martyrisés : ayez la conviction que vous êtes, que nous sommes, les nouveaux croisés de la civilisation, et qu’à ce titre, nous ne jouerons pas aux petits moutons qui acceptent d’être tondus, mais nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour combattre au nom de Dieu et au nom de tous les saints qu’on a voulu supprimer. Vive la France et vive le roi…

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement