La Pentecôte chrétienne, la fête du don de l’Esprit-Saint !

Et à ce titre, c’est certainement l’une de celles que nous aimons le plus, l’Esprit-Saint permettant de résoudre « tous » les problèmes ou presque, pourvu que l’on soit persévérant dans sa demande. L’Esprit-Saint souffle partout : chez les architectes, les artistes, les écrivains, les religieux, en fait tous les corps de métier, quelle que soit leur nature. Tous n’ont pas conscience de cette force, mais tous peuvent en bénéficier, chrétiens ou non, pratiquants ou non.

Il est un exemple de « miracle de l’Esprit-Saint » que nous ne pouvons laisser passer sous silence et qui prouve combien même l’auteur a été inspiré pour parler de la Nature, indirectement de Dieu, toujours aussi indirectement de la création, et toujours plus indirectement des merveilles que peut réaliser un homme, qui n’a pas de culture générale, encore moins de connaissances artistiques et qui aujourd'hui est considéré comme une référence mondiale de l'Art Brut. Vous l’avez deviné, il s’agit du facteur cheval, qui à l’âge de 43 ans, construisit durant 33 ans son palais idéal, « le temple de la Nature ». Nul ne peut affirmer que cet homme était croyant ou non, mais personne ne peut nier qu’il n’aurait pu accomplir cette œuvre sans l’amour de l’Esprit-Saint, son merveilleux guide. Bien sûr, nous sommes en 1879 et à cette époque-là, Dieu se manifestait plus souvent, l’Esprit-Saint aussi.

Cette parenthèse faite, et à laquelle nous tenions, pour donner à cette chronique un peu d’extravagance, revenons aux fondamentaux. La Pentecôte vient du grec ancien πεντηκοστή [pentèkostè] : cinquantième (jour après Pâques) ; en grec moderne, on prononce [pénticosti]. Ne nous privons pas du grec, tant qu’il est encore enseigné ! A l’origine, la Pentecôte est une fête juive, comme Pâques, une fête agricole devenue une fête religieuse.  Elle porte le nom de shavou’ot ou fête des semaines car elle a lieu 7 semaines après Pâques. On l’appelle aussi la fête des prémices, Pâques étant la fête des semences. La Pentecôte fait aussi partie des douze fêtes du calendrier liturgique orthodoxe. Le lundi de Pentecôte, comme le lundi de Pâques, n'a pas de signification religieuse biblique.

La Pentecôte, c’est le don de la Torah au Sinaï. Ainsi Shavou’ot (la Pentecôte juive) est la conclusion, la clôture de Pesah (Pâque juive). C’est en effet pour lui donner la Torah que Dieu a fait sortir Israël d’Égypte : la véritable liberté consiste à accepter de suivre la Loi de Dieu ! Le Livre des Actes des apôtres (2,1-13) rapporte l’événement qui s’est passé au Cénacle à Jérusalem, en l’an 30 ou 33 de notre ère, le jour de la fête juive de la Pentecôte, 50 jours après la résurrection du Christ. "Quand le jour de la Pentecôte fut arrivé, ils (les apôtres) se trouvèrent tous ensemble. Tout à coup survint du ciel un bruit comme celui d’un violent coup de vent. La maison où ils se tenaient en fut toute remplie ; alors leur apparurent comme des langues de feu qui se partageaient et il s’en posa sur chacun d’eux. Ils furent tous remplis d’Esprit-Saint et se mirent à parler d’autres langues".

Ainsi, la Pentecôte chrétienne est la fête du don de l’Esprit-Saint. Le récit des Actes des Apôtres fait état "d’un grand bruit" venu du ciel, d’un "violent coup de vent" et de "langues de feu" et qui se posent sur chacun des apôtres. Le bruit, le vent et le feu symbolisent la présence de Dieu ; ils sont une manifestation de la puissance divine. C’est le renouvellement de la théophanie du Sinaï dont la Pentecôte juive est la commémoration. Si le feu symbolise la présence divine, les langues de feu qui se divisent au-dessus des têtes des apôtres signifient la descente sur eux de l’Esprit de Dieu. Elles symbolisent le don fait à chacun d’eux pour le rendre apte à annoncer, avec une langue de feu, l’Évangile à tous les hommes. Que n’avons-nous ce don pour partir évangéliser le monde, ou plus raisonnablement et modestement notre entourage, laissant à notre incroyable pape François ce pour quoi il a été nommé et qu’il réussit si brillamment, l’évangélisation !

Enfin, le récit fait mention du don des langues que reçoivent les apôtres et les disciples pour leur permettre d’annoncer la Bonne Nouvelle de l’Évangile à tous les hommes, à toutes les nations. A la Pentecôte, les peuples divisés se retrouvent unis lorsque l’Esprit-Saint se manifeste. L’humanité est appelée à vivre cette unité, non pas sans Dieu mais en lui. N’oublions pas l’épisode de la Tour de Babel, des hommes qui voulaient être plus grands que Dieu. Et nous en connaissons le résultat. Comment ne pas voir dans les tragédies de destruction des monuments classés - un patrimoine tellement inestimable - qu’il n’y a pas cette même volonté de se croire au-dessus de Dieu, en supprimant tout ce qui est trace de Dieu, ces chefs-d’œuvre que l’on devait à des bâtisseurs extraordinaires de talent et de mémoire ? Et pourquoi ne pas rappeler par la même occasion qu’après la chute de la monarchie le 10 août 1792, les révolutionnaires voulaient détruire en 1793 la nécropole en tant que symbole d’une monarchie alors haïe, alors que Louis XVI voulait si sincèrement le bien de son peuple par les réformes qu’il présentait, mais qu’il n’a pas eu l’autorité suffisante pour les faire connaître. Les pierres sont muettes, mais le souvenir du bon et très chrétien Louis XVI reste à tout jamais dans nos cœurs. Et une émission historique à la télévision, comme seul Stéphane Bern sait la mener, a permis aux républicains de découvrir les vraies personnalités de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Rien à voir avec ce que certains veulent nous donner à croire.

Là où est la Beauté, souffle l’Esprit-Saint. Là où règnent l’obscurantisme et la haine de la civilisation s’affiche insolemment et douloureusement le mal.  Pentecôte est un nouvel événement fondateur d’une Alliance nouvelle et d’un peuple nouveau. Le pape Benoît XVI rappelait dans une homélie lointaine qu’il faut rester ensemble pour accueillir le don de l'Esprit-Saint et qu’il s’agit là d’une formidable leçon pour toute la communauté chrétienne. On pense parfois que l'efficacité missionnaire dépend essentiellement d'une programmation attentive, suivie d'une mise en œuvre intelligente à travers un engagement concret. Le Seigneur demande certes notre collaboration, mais avant toute réponse de notre part, son initiative est nécessaire : le vrai protagoniste de l'Église est son Esprit. Les racines de notre être et de notre action se trouvent dans le silence sage et prévoyant de Dieu.  L'Église est catholique et missionnaire depuis sa naissance. L'universalité du salut est démontrée de manière significative par la liste des nombreuses ethnies auxquelles appartiennent ceux qui écoutent la première annonce des Apôtres (cf. Ac 2, 9-11).

L'orgueil et l'égoïsme de l'homme créent toujours des divisions, dressent des murs d'indifférence, de haine et de violence. L'Esprit-Saint, en revanche, rend les cœurs capables de comprendre les langues de tous, car il rétablit le pont de la communication authentique entre la Terre et le Ciel.  L’Esprit-Saint éclaire l'esprit humain et, en révélant le Christ crucifié et ressuscité, il indique la voie pour que nous devenions toujours plus semblables à Lui, c'est-à-dire être "expression et instrument de l'amour qui émane de Lui" (Deus caritas est, n. 33). Recueillie avec Marie, comme lors de sa naissance, l'Église prie aujourd'hui « Veni Sancte Spiritus! - Viens, Esprit-Saint, remplis les cœurs de tes fidèles et embrase-les du feu de ton amour!".  

L’apôtre Pierre avait dit que « Dieu nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété » (2 Pierre 1:3). La clef pour vivre la vie chrétienne est de puiser sur ce que Dieu a mis à notre disposition. Ce moyen que Dieu a pourvu est le Saint-Esprit, la troisième personne de la Trinité. (La Trinité inclue le Père, le Fils, et le Saint-Esprit - Trois en Un, Un en Trois). Dieu le très saint Père tout puissant ne pouvait-il nous donner plus, avec son Fils et le Saint-Esprit. Que celui-ci veille sur vous, votre famille, vos amis et tous les vôtres pour vous inspirer sur les actions que vous aurez à mener, avec une belle réflexion, en famille, entre amis, et avec la prière en soutien. Une magnifique semaine s’ouvre devant vous : ne perdez aucune chance d’en faire des trésors au fil des jours et pensez à engranger les beaux souvenirs pour les transmettre à vos enfants et petits-enfants, sans retenue aucune…

Solange Strimon

Commentaires  

#1 PELLIER Dominique 26-05-2015 08:01
Imaginez l'amour de Dieu pour nous en nous donnant Son Fils et, dans la continuité, l'Esprit. Christ nous l'avait bien dit, après nous avoir signifié notre mission de faire des disciples, qu'"Il serait toujours avec nous jusqu'à la fin du monde", et comment, en nous envoyant l'Esprit. Alors gloire à Dieu
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement