Le 6 février 1981 s'éteignait Marthe Robin en silence comme un signe des temps

Ces prodiges et sa réputation de Sainteté provoquèrent l'afflux des foules. Mais qui était vraiment Marthe Robin ? Enfant de modestes cultivateurs de Châteauneuf-de-Galaure. A vingt-six-ans, en 1928 elle s'alita définitivement, frappée par un mal mystérieux.

Marthe Robin est une femme qui souleva et soulève encore des polémiques, c'est une femme qui passionne historiens, médecins et prêtres, et qui, pendant 50 ans, vivra sans manger, ni boire, ni dormir, paralysée et dictée dans l'obscurité totale.

Ce mal mystérieux, ce sont ses premiers symptômes pendant 10 ans, de 16 à 26 ans, Marthe Robin sera tourmentée par d'atroces souffrances au cours duquel son corps se paralysera progressivement.

C'est aussi durant cette période qu'elle commencera à ne plus pouvoir s'alimenter.

En 1942 les médecins constatent dans leur rapport que Marthe est paralysée, qu'elle est aveugle et que son appareil digestif ne semble pas fonctionner.

Ce mystère qui l'obligera à rester 50 ans dans un tel état pourrait avoir comme origine la fièvre typhoïde contractée dans son enfance.

Pourtant la seule nourriture que Marthe Robin parvient à avaler c'est la Sainte Hostie. Comment expliquer ce prodige défiant toutes les lois du corps humain.

Dans tous les cas une chose est certaine Marthe donne un sens à ses souffrances, par ses douleurs elle sait qu'elle a une mission à remplir, que Dieu lui a demandé de se sacrifier pour les hommes. Et chaque vendredi elle revit la Passion du Christ, et sur son corps apparaissent les mêmes blessures que le Christ, dans de terribles souffrances.

Dans son ouvrage consacré à Marthe Robin, paru chez Grasset en 1985, Jean Guitton note : " Cette petite paysanne est une femme supérieure, cela m'a frappé dés notre première rencontre, et plus encore à ma seconde visite. La maladie a concentré Marthe. Il faut que je vous rappelle un détail que j'avais omis, c'est que Marthe ne dort pas. Elle pense donc, sans arrêt. Elle est un cerveau. Peut-être un des cerveaux les plus exercés de notre planète. Elle n'est que cerveau, mais c'est un cerveau réfléchi. Quand je dis qu'elle " réfléchit " ou qu'elle " médite ", je prends ce mot dans le sens le plus original. La plupart d'entre nous disent qu'ils réfléchissent ou qu'ils pensent, ou encore qu'ils prient, mais leur pensée est un vague rêve, leur prière n'est pas une méditation, c'est un ronronnement.

Marthe approfondissait. Et cette petite paysanne française a longuement réfléchi aux moyens qu'elle pouvait avoir, malgré son immobilité d'agir sur la planète ".

Ce fulgurant " portrait de Marthe Robin " est l'un des ouvrages les plus profonds de Jean Guitton. Et il a merveilleusement décelé chez elle la quintessence de son amour. Car Marthe vivait intérieurement le mystère de la Croix du Christ. Elle a épousé chaque jour les ténèbres de la Passion.

Clouée à la douleur " comme elle le disait, comment ne pas suivre cette grande espérance ? Son message doit devenir notre lumière, notre route vers le Ciel : " Je voudrais être partout à la fois pour dire et redire au monde combien le Bon Dieu est bon, combien il aime les hommes et se montre pour tous tendre et compatissant ".

Eric Muth

Commentaires  

#2 PELLIER Dominique 09-02-2015 08:16
Ne faisons pas d'amalgame et laissons Dieu mettre à notre tête Sa Majesté en temps voulu.
Marthe Robin, comme Thérèse de Lisieux ont eu de Dieu l'épreuve de la souffrance physique, mais pour Sa gloire, pour nous amener à Lui. Dieu permet parfois l'épreuve à Ses enfants, mais jamais au-delà de leurs forces. Bénissons Dieu de nous donner de Ses servantes aussi zélée, malgré le martyr de leur chair pour que nous soyons encore plus près de LUI!!!!!
Citer
#1 Benoît Legendre 08-02-2015 11:35
Marthe Robin est pour moi un des plus grand mystères douloureux... Comment, et surtout pourquoi cette femme a t-elle du subir autant de souffrances physiques ? Doit on obligatoirement passer par la souffrance physique pour témoigner de l'Amour de Dieu pour ses créatures ? Il est vrai qu'un tel cas est dérangeant dans notre monde aseptisé qui refuse la douleur au point de vouloir la cacher, la souffrance par exemple de toutes les femmes ayant du passer par un avortement est volontairement occultée...
Vive le roi !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan