Un journaliste de l'Est-Républicain Nancy au coeur d'un scandale pour une crèche au CHU

"Le qualificatif de journaliste ne correspond pas à ce genre de créature, il faut lui préférer celui de collabo... A la solde de l'Etat socialiste", note un lecteur à son journal l'Est-Républicain, suite à un article paru le 21 décembre.

Désormais les journalistes n'ont-ils rien d'autre à faire que d'aller fouiner dans tous les lieux publics de la région à la recherche d'un sapin ou d'une crèche, et voir si le petit Jésus est présent ?

Peut-être reçoivent-il une prime pour cela ?

Au nom d'une laïcité exacerbée, d'une pensée unique, la France Catholique devrait-elle baisser la tête ? Au contraire, nous devons plus que jamais exprimer notre foi, montrer que l'Enfant qui naît dans cette crèche nous apporte la vie.

Considérer la présence d'une crèche dans un pays aux racines catholiques comme un manque de respect est une aberration.

Pour ce journaliste, qui a voulu taire son nom, le scandale se trouve au service de neurologie du CHU de Nancy. Au 3ème étage, dans un petit hall par où arrivent les visiteurs, les patients et le personnel.

Posé sur une table, un sapin de Noël décoré, et juste en-dessous, à droite, une crèche de Noël en papier rocher de dimension modeste : une vingtaine de centimètres de large, une douzaine en hauteur et un peu moins en profondeur. A l'intérieur, quelques personnages dont Jésus, Marie et Joseph.

Informé de ce tableau et l'ayant constaté de visu, le journaliste s'empresse, vu la polémique sur les crèches en ce moment, de contacter la directrice de la communication du CHU et demande quelle est la position officielle de l'établissement. Gwendaline Henry lui suggère alors d'envoyer un mail.

Il renchérit en lui demandant également la position de l'établissement sachant que si les hôpitaux peuvent disposer d'aumôneries, conformément à la loi de séparation des Eglises et de l'Etat de 1905, celles-ci ne peuvent en aucun cas faire de prosélytisme.

Mais harceler de cette manière un établissement au nom de la laïcité n'est-il pas également du prosélytisme ?

Toujours est-il que quelques heures après un nouveau passage de ce journaliste la crèche avait disparu comme par miracle.

Une chose est certaine, les gens qui ne sont pas chrétiens, la plupart des athées et des musulmans interrogés, sont pour la crèche.

Eric Muth

Commentaires  

#6 Catoneo 26-12-2014 19:12
Il faut parfois savoir répondre "Je t'emmerde ! Envoie-moi la gendarmerie !".
A se coucher pour ne pas faire de vague, vivre en permanence sous le principe constitutionnel de précaution, finalement se taire ou reculer par lâcheté, tout cela fait le lit de Dame Bêtise, "toi dont le règne est méconnu" (J.Brel).
La directrice aurait dû jouer cette carte et le ridicule de la revendication. Quant au journaliste présumé, n'épiloguons pas, c'est de la crotte !
Citer
#5 Jean-Vincent 26-12-2014 12:12
NANCY !!!
L'antre de l'idéologie maçonnique. Le "gros dédé" (le rossignol) a tenu d'une main impitoyable cette ville, durant des décennies. Ou il fallait faire jusqu'à allégeance pour se voir attribuer un poste au sein de l'administratio n de l'ancien palais de Stanislas. donc rien d'étonnant, à cette pitoyable, pauvre et mesquine action. Au sein même d'une établissement ou la présence d'une crêche peut avoir une action bénéfique sur le moral de certains malades ......
Citer
#4 Ivannick 25-12-2014 17:29
A n'en point douter, nous sommes bel et bien dans l'ère du Kali yuga comme le décrit la tradition hindouiste, le temps des ténèbres les plus profonds avant que ne réapparaisse La Lumière. Pour nous cette Lumière sera portée par l'Archange Saint Michel suivit de ses cohortes d'anges guerrier chassant le mal sous toutes ses formes.
Gloria ! Gloria ! Alléluia !
Citer
#3 PELLIER Dominique 24-12-2014 08:00
Que vous fait à vous, socialistes ou communistes, mais surtout laïcarts de première que nous affichions notre foi ? Au contraire, nous n'en avons pas honte, par rapport à vous qui avez honte de vos actes de "reco"-mêmes! Oui, le beau jour de Noël, l'objet de notre foi et de notre joie est né et tant pis pour vous si cela vous gêne! Entre nous, cela fait bien plus de deux mille ans qu'Il vous gêne, alors......
Citer
#2 Dofiar 23-12-2014 23:31
Comme quoi la liberté de pensée n’existe pas en république française, ni la liberté de culte. Ce ne sont que des mots faits pour conserver le pouvoir ! Toute tradition chrétienne est fliquée par des tyranneaux haineux, en l’espèce, un journaliste. Vive le Roi Très Chrétien ! À mort la république des tyrans !
Citer
#1 Benoît Legendre 23-12-2014 17:22
Ce n'est qu'un triste individu, envoyé en "reco" (mission de reconnaissance) , à la solde de quelques malades intoxiqués à la haine anti-chrétienne , et catholique en particulier... Je crois que nous entrons dans une période de "turbulences" ! Si par principe, il est préférable d'y répondre selon les préceptes du Christ, il faudra hélas songer à utiliser des méthodes ou des moyens plus efficaces : le Christ lui-même a viré les marchands du Temple, et c'était pas avec des mots ni des gestes gentils ! Cela veut dire que dans certains cas, le force est légitime... Il y a en France des gens décidés à nous combattre, doit-on se laisser cracher dessus sans réagir ?
Vive le roi !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement