Sa Sainteté le pape François au Parlement européen

N’en déplaise aux laïcs qui critiquent la venue du pape François au parlement européen ce mardi 25 novembre, il nous semble évident que sa venue constitue, au dire du président allemand (SPD) du Parlement européen Martin Schulz, une « contribution au pluralisme de notre Parlement, qui représente les 507 millions d’habitants des 28 États souverains européens ». Par ailleurs, le pape, représentant des chrétiens,  est aussi un chef d’Etat.

« Quand l'Europe cesse d'être une communauté de valeurs pour se réduire à une simple communauté d'intérêts, on constate les manifestations évidentes des trois tentations que connait l'Europe aujourd'hui. » Le pape François commentera ces trois tentations.  La première est de réduire sa mission à une simple bureaucratie, sans âme, sans cœur. La seconde concerne la corruption, et la troisième l’absence totale de solidarité, oubliant que la naissance de l’Europe, après la Seconde Guerre mondiale, s’est réalisée dans l’enthousiasme pour que tous les peuples vivent ensemble dans la paix, avec une vision plus dynamique vis-à-vis des immigrés, des réfugiés et des pauvres en général.

Trois jours après la visite de Strasbourg, le pape se rendra en Turquie pour une visite au patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée. Il s’agit de promouvoir de bonnes relations avec les chrétiens orthodoxes, qui constituent l'autre poumon de la chrétienté européenne. Le Saint-Père sera accueilli par le Président Tayyip Erdogan, actuellement en situation difficile. La Turquie est tiraillée entre ceux qui s'opposent par tous les moyens à l’État islamique et ceux qui mettent sur  le même pied les Kurdes qui luttent contre les radicaux au nord de l'Irak.  

C’est le président du Parlement, le socialiste allemand Martin Schulz, qui est à l’origine de l’invitation, une première depuis le discours de Jean-Paul II en 1988. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un responsable religieux entre au Parlement européen. Le Dalaï-Lama était venu en octobre 2011 et tout le monde s’est remis de ses émotions !

La conception du pape à propos de l'Europe revient à “l’édification d’une maison commune, fondée sur des valeurs communes”, celles qui ont permis de grandes réalisations politiques, économiques, culturelles, artistiques et spirituelles, de son histoire. Nous reviendrons sur ce sujet après notre “écoute” des propos du pape lors de l’audience solennelle, qui se fera dans l’hémicycle du Parlement européen, et à laquelle nous assisterons, représentant Vexilla-Galliae de tout notre âme et notre cœur.

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement