Le synode joue avec le feu

« Je crois qu'il va y avoir une scission dans l'Eglise ».
Ces propos sont de Mgr Schneider, évêque catholique s'étant fait remarquer pour ses excellents travaux sur la dignité de la liturgie et la communion dans la main.
 
La foi nous rappelle que Dieu est garant de l'Eglise indivise. Les groupes chrétiens divisés sont ceux qui ont quitté le giron romain. Pourtant c'est bien à Rome, au Siège Apostolique, où la guerre interne est en train de prendre. Soit Dieu interviendra pour sauver la doctrine, soit le Vatican aurait quitté la véritable Eglise de Dieu depuis quelques décennies...
 
Le synode sur la famille était défendu par les catholiques fidèles comme une œuvre authentiquement chrétienne, dont les fruits seront conformes aux enseignements de la Révélation. Le reste ne serait que balivernes journalistiques... Et pourtant ! Un document intermédiaire a été publié et sème la terreur. 
 
Ce document ecclésiastique, dénoncé par le Cardinal Müller mais ratifié de pourpres signatures et forcément avalisé par François, inverse toute la pastorale catholique. Il ne s'agit plus d'élever les fidèles à vivre le plan de Dieu sur le mariage, le couple et la sexualité. Il s'agit pour l'Eglise de s'adapter aux mœurs modernes en relativisant nommément le concubinage, le « remariage » et l'homosexualité.
 
Les catholiques dit « tradis », tout simplement fidèles au plan de Dieu, sont dans l'embarras. Comment est-ce que les jeunes prêtres branchés, en soutane, enseignant depuis plusieurs années sans complexe la continence durant les fiançailles, la fidélité pour les divorcés ou l'interdiction de la dissociation des deux fins du mariage par la contraception vont-ils manoeuvrer ? 
Devront-ils dire à leurs fidèles que désormais, chacun fait comme il veut car une poignée de pères synodaux a décidé, avec bénédiction pétrinienne, que chacun peut désormais s'arranger avec Dieu ?
 
Les ennemis de l'Eglise louent les œuvres de François à gorges déployées, et les ennemis intérieurs de l'Eglise s'en réjouissent. Mais qui pense au salut des âmes et au redressement de la France, qui ne pourra se faire sans le saint levier de la famille traditionnelle ?

Julien Ferréol

Commentaires  

#4 Benoît Legendre 22-10-2014 23:24
Si pour moi il ne fait aucun doute que c'est au "monde" de suivre la parole du Christ (que l'Eglise transmet du mieux qu'elle peut), il ne fait pour moi également aucun doute qu'un effort d'adaptation à la société actuelle doit être fait. Nous vivons malheureusement dans un monde déchristianisé, où le "droit à" devient le leitmotiv de plus en plus de gens ; la liberté généreusement donnée par Dieu aux hommes pour s'élever est refusée pour lui préférer une irresponsabilit é sans contrainte tellement plus rassurante !
Ce synode doit apporter des informations au Pape qui, après réflexion et prière (et prions pour lui pour cela !)"décidera" des changements nécessaires, mais comme toujours, ne comptons pas sur les médias pour apporter un éclairage intelligent sur cela...
Vive le roi !
Citer
#3 PELLIER Dominique 21-10-2014 08:21
C'est ce que je disais il y a peu. Le monde veut adapter l'Eglise à elle alors que c'est l'inverse qui doit se produire. Comme dit justement M. Moreau, qu'en est-il de la loi de Dieu ? Qui servons-nous si nous disons être croyant ? On trouve toutes les Bibles possible dans les bonnes librairies, m^me laïques. Il suffit d'en acheter une ET DE LA LIRE!!!!!
Citer
#2 Solange 20-10-2014 19:24
Bonsoir Julien,
Ne vous inquiétez pas pour la suite donnée à cette première partie de synode, qui sera donc suivie dans un an d'un premier résultat des réflexions. Rien ne va changer, sauf la façon de le dire, le Pape François est un jésuite du plus haut niveau et il va donner satisfaction à tous, à sa façon à lui ! Affaire à suivre...
Citer
#1 Jacques Moreau 20-10-2014 11:02
Pas vraiment d'accord avec votre analyse, Julien. Je pense vraiment que la question centrale de ce synode est : sommes-nous une Eglise christique ou une Eglise pharisienne ?

Or là vous faîtes le même procès que les pharisiens envers le Christ : on mange avec les pécheurs, on ne jeûne pas,... et vous dîtes : Quid de la Loi de Dieu ?

Sauf que vous oubliez que le Christ s'adresse aux brebis perdues ! Celles qui sont dans la bergerie sont déjà dans la joie du Père, voilà pourquoi il leur est simple de suivre la Loi de Dieu. Celles qui sont perdues comment les sauverons-nous ? Nos ennemis pensent certes avoir gagné mais c'est une "victoire de la Croix", c'est tout le génie du christianisme : c'est quand on s'abaisse, qu'on se fait serviteur et quand on donne sa vie qu'on est vainqueur.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement